AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

Getting on Red Moons... Pile ? - Hyuura Daisu (Akatsuki)[U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Je m'appelle Hyuura Daisu et je suis un ninja.


avatar

Nouveau Membre de KNS




Messages : 1
Date d'inscription : 14/09/2011





MessageSujet: Getting on Red Moons... Pile ? - Hyuura Daisu (Akatsuki)[U.C.]   Mer 14 Sep - 20:19

♣ Hyuura Daisu ♣
♣ Who Are You ? ♣

♠ What's My Name? ♠ Hyuura
♠ Ended By ♠ Daisu
♠ I Was Born ♠ 23 ans
♠ Sitting Down or Standing Up? ♠ Féminin
♠ My Goal ♠ Il ne faut qu'un joker pour battre quatre as.
♠ Where Do I Live? ♠ Akatsuki, oui, une autre akakeuse
♠ Trying To Get A Rank? ♠ Nuke Nin de Rang S
♠ Ancient Power ♠
Hyuura est plutôt particulière, croyant beaucoup à la chance, celle-ci refuse de se défaire de ses petits jeux. Ne prenant aucune décision sans sa fameuse pièce de monnaie, ne tuant pas ses adversaires sans le roche, papier, ciseau, n'attribuant aucune amitié si l'autre ne gagne pas un coup de bataille de cartes. Elle est très exhaustive sur ceci et c'est ce qui en fait le mystère, puisque ces mêmes jeux, issus des casinos, sont la source même de ses attaques. Usant de cartes, auxquelles elle applique des tranchants, comme shuriken, de pièces de monnaie pour les distractions, etc. Elle est assez imprévisible dans sa façon de combattre. Devenant ainsi une adversaire très surprenante. Elle n'a rien d'une ninja ordinaire et elle peut soulever de légères charges, dans le genre d'un jeu de cartes, de pièces de monnaies, de dés, dans les airs, par sa pensée.



♣ What Are You ? ♣

♣ How Do You Look ? ♣

Comment décrire un physique aussi étrange que magnifique. Comment savoir ce qui se cache vraiment derrière le fabuleux masque que cette femme porte dans son quotidien. Il est bien difficile d'en savoir plus sur une femme qui se taire dans des origines plutôt inconnues. Derrière un visage qui n'a rien à voir avec elle, en tant que tel. Du moins, c'est ce qu'on estime. Il lui arrive, parfois, très peu souvent, comme pour dormir d'enfin retirer cette abomination qui cache toute sa réelle beauté. Une beauté peu enviable vu ses anomalies, mais tout de même radieuse, quand on sait en apprécier la chose. Nous n'irons pas mentir sur le fait qu'elle ne manque d'aucune originalité vue sous le jour sur lequel elle se montre. Mais plutôt que de vous étirer cela en des mots longs et sans effets, pourquoi ne pas tout simplement élaborer sur ses traits ? Quitte à devoir s'étirer sur des heures et des heures de lecture au vu de ses quelques marques... disons-le... particulières. Mais avant d'actualiser tout ceci sur sa peau blanche qui perdurent à rester telle, pourquoi ne pas discuter de ce second visage. Un aspect qui lui est propre à elle et que nul ne pourrait prendre, pas même le plus rebelle des guerriers. En fait, vu le nombre de jours d'assiduité de ce masque sur toute sa vie, on irait en jurer qu'il est collé à elle et que tous les deux ensembles sont Hyuura Daisu. Ce qui lui a dû le surnom de la fille sans visage. Même les gens qui la voient fréquemment l'ont rarement vu sous son vrai jour. Enfin bon, retournons à nos moutons: le fameux accessoire.

Ce masque, comme si bien dit plus haut, ne quitte que très peu souvent le visage de sa propriétaire. Celui-ci se qualifie, bizarrement, comme un accessoire de théâtre. Vous savez, ces fameux déguisements à la fois heureux et tristes, blancs et noirs, enfin, bon, théâtraux, quoi, on peut dire que celui-ci leur ressemble pas mal. En commençant par la partie droite, celle-ci est noire, reflétant un côté plus sombre de la jeune femme se cachant derrière, il affiche un œil dont le cil, dessiné en blanc, est orienté vers le haut, montrant un tantinet plus de gaieté que prévu. Toujours dans cette orbite, on peut voir, difficilement, un petit trou qui ne fait que permettre à la porteuse de voir à l'extérieur grâce à son propre œil, évitant ainsi de l'isoler dans les ténèbres et de se fier à sa force d'intuition pour capter les mouvements de ses opposants. Toutefois, ce trou étant si mince, seulement elle, et elle seule peut le localiser aisément, laissant croire aux gens qu'elle ne voit rien. La jugeant ainsi aveugle, cela peut pousser à la sous-estimer grandement, la chance abat alors son dévolu. Ses yeux n'affichant aucune lumière particulière, vu la parabole reliant la cavité de son regard à celui du faux visage, empêchant ainsi tout indice d'une quelconque vue possible au travers du dit visage. Juste sous ce creux, une larme colorée en blanc alimente le circuit de la tristesse que ce visage porte. Arborant cette gouttelette avec fierté, on peut l'interpréter de différentes façons, mais sans aucun doute, on ne peut l'associer à une personnalité si joueuse, venant ainsi démontré l'apparence trompeuse que peut se donner cette fille. Toujours en longeant le «coté obscur» du masque, après une certaine longueur on peut voir un nouvel orifice, permettant une respiration aisée de la jeune femme. Toujours très petit, ce même patelin est tout juste suffisamment perceptible pour comprendre qu'elle est bel et bien humaine, mais nous ne pouvons discerner ce fameux nez qui lui permet un quelconque acte d'oxygénation. Continuant cette descente vers le menton de la déserteuse, on peut finalement trouver une autre partie complétant ce visage placébo, un demi-sourire, pourquoi seulement la moitié ? En fait, le côté qui se retrouve dans la partie noire est tournée vers le bas, créant un énorme contraste avec les yeux pourtant heureux de cette moitié obscure.

À l'inverse, le versant blanc montre à peu près les mêmes traits, mais plutôt que d'avoir des cils vers le haut, ceux-ci sont tournés vers le bas, montrant une facette plus triste de la vie. L'orifice accompagnant cet œil est, toutefois, encore plus petit que l'autre, pouvant ainsi mieux cacher le jeu de la jeune femme. Toujours en tenant l'idée d'un jeu ignoble, la bouche porte aussi à confusion, montrant cette moitié comme étant heureuse. D'une nature plutôt tendancieuse et forte, Hyuura a pris l'habitude de parler fort, ce qui empêche de briser sa voix et de devoir modifier son masque pour qu'on l'entende parler. Jacassant d'un ton juste assez haut pour qu'on l'entende et juste assez bas pour ne pas taper sur les nerfs de ses adjuvants et des autres, on ne peut l'accuser d'être énervante pour la peine. Il va de soit, également, qu'afin qu'ils soient visibles, la larme, les cils ainsi que la bouche de la marge gauche, sont dessinés en noir, provoquant ainsi un contraste semblable au Yin Yang sur le domino. En somme, ce masque s'étend sur une longueur suffisante pour permettre à la nukenin de laisser peu de lousse entre sa mâchoire et le menton inférieur du substitut servant à cacher la bouille, aussi frêle soit-elle, de la femme. Le masque se séparant en deux parfaites moitiés colorées, on ne peut reprocher à ce dernier de ne pas être esthétique ou de ne pas respecter des normes peu conséquentes quant aux soins corporels. Toutefois, diffusant diverses émotions, celui-ci porte à confusion quant au réel être de l'adulte, même si celle-ci est très explicite sur ce dernier et adore se montrer extravagante devant ses comparses, quel qu'il soit. Arborant, également, un front, un tant soit peu, large et s'accostant très près des cheveux de la dame, ceux-ci ont tendances à encombrer une partie plutôt importante du coin gauche supérieur.

Outre ce masque intrépide, et pratiquement permanent, aux couleurs du Pierrot. On ne peut bluffer sur le fait que derrière cela, Hyuura possède bel et bien un visage. Magnifique ou non, c'est aux gens de juger. Niché juste au-dessous de ses cheveux bleus, plutôt particuliers de par leur coupe et leur teinte hors du commun, cette apparence, de forme ovoïde ne montre aucune réelle beauté. Malgré une peau lisse, sans acné apparente, et bien entretenue, celle-ci se présente comme étant grasse plus qu'autre chose, sans doute dû à ce costume dont elle a la manie de toujours prendre sur elle. D'un ton très blême, on peut aisément concevoir qu'elle se cache constamment et qu'elle ne provient pas d'un pays où le soleil est en parfaite harmonie avec les nuages. Cela se confirme se confirme avec ses lèvres bleues, très étranges, qui n'ont rien à voir avec celles dont on a l'habitude de voir chez les autres de la race. Pour continuer sur la lignée des étranges phénomènes de son visage, lorsque l'on parvient à remarquer son regard, et ce à sa plus grande honte, la nukenin montre des yeux indépendants l'un de l'autre. Celui de droite, d'un rouge vif, est beaucoup plus réconfortant que l'autre, son iris étant composé de motifs étranges en forme de carreaux. À l'opposé, beaucoup plus froid, l’œil de gauche, qui est violet pour son compte, arbore comme iris des motifs de piques. Signifiant une plus grande passion pour les jeux de chance ou simplement une personnalité peu conventionnelle. Poursuivant sur ses signes distinctifs, on remarque, distinctivement, autour de son droit une tache de naissance excessivement foncée, voire noire, qui fait le pourtour de sa cavité oculaire en prenant la forme de cercles s'agrandissant vers la gauche en bas et de carreaux prenant des tailles plus importantes vers la droite. Cernant ainsi l’œil de par sa quasi entièreté.

Comme si cette face emplie de défaut de suffisait pas, une chevelure particulière enfle la tête de la jeune femme, quoique «enfler» est un bien grand mot. Celle-ci, d'un bleu perdu entre les teintes du pâle et du foncé, rappelant la couleur pure du fond des océans. Sa coiffure, quant à elle, est «punk» sur les bords grâce à cette coupe particulière qu'elle chérit tant: Une frange vers la droite, ouvrant une séparation plutôt voyante sur son profil gauche, les cheveux assez courts pour la gauche, ne laissant là qu'une mèche longue longeant sa joue entièrement. Plutôt courte, cette coupe lui procure le style rebelle qu'elle a toujours apprécié et tant désiré. Bien soignée, sa coiffure ne montre ni apparence désagréable ni odeur involontaire. Cette partie de son corps est sans doute la seule dont elle peut être fière, celle-ci étant, selon la dame, la partie la plus charismatique et attirante de son corps. Ce qui la poussera à rager lorsque l'on critiquera cette apparence qu'elle estime tant et qui vaut cher à ses yeux. Mais ce qui la rend le plus fière dans tous ces poils capillaires, c'est le dégradé qui y a élut domicile, partant, à la racine, d'un bleu foncé, celui-ci pâlit en descendant sur le long des mèches vers un bleu cyan vif, purement magnifique. Hélas, en contraste à cette forte crinière, les sourcils et les cils de la dame viennent tout gâcher, ceux-ci ayant pris une couleur verte, ils n'ont rien à voir avec cette couleur bleue hantant sa tête. Ce vert, penchant vers le turquoise a, néanmoins, un don pour s'harmoniser avec les tons de sa peau et de ce qui comble son visage: il s'agit d'une couleur froide. Inspirant la peur ? Je ne crois pas.

Son visage, de forme ovoïde comme dit plus haut, est rapidement percé par un nez fin, tout juste perceptible à l’œil nu. Il va même jusqu'à porter à la confusion d'un visage vide, où il n'y a que pour seule voie respiration, une bouche peu large et bleutée du froid, ou du manque d'oxygène. Relevant de ces traits fins, ses joues, desquelles nous pouvons entre apercevoir des os plus ou moins minces et robustes. Montrant ainsi la fragile structure de son squelette auquel on ne peut reproché tout cela vu le peu d'entraînements auxquels Hyuura s'adonne. La cause est donc d'elle et de nulle autre part. Négligeant ainsi sa musculature, disons que cela ne lui procure que très peu d'endurance en combat, ce qui fait qu'elle souhaite toujours venir à bout de son adversaire rapidement. Enfin bon, passons. Cette musculature de la mâchoire faible permet de voir plus aisément les légères oreilles rondelettes, et pour une fois, parfaites, qu'elle possède. S'étirant en de légers lobes ne pendant que très peu, voire pas du tout, celles-ci sont juste assez fines pour être de l'une des merveilles que l'on ne parvient à compter dans le monde. Justement, par rapport à ces oreilles, ayant souvent un champ de vision bloqué par son émissaire qui lui sert de visage, celles-ci sont très développées pour capter le moindre son fendant l'air. Elle doit toutefois s'habituer à la pression des lieux, ce qui devient un atout surprenant lors de combats. Toutefois, une telle perfection laisse place à un nouveau défaut physique, depuis qu'elle est jeune, et cela semble héréditaire, une sorte de cornes ont poussées sur le haut de son front dans une position qui laisse penser à une passe à cheveux, toutefois, d'un noir de geais, celles-ci sont belles et bien collées à cette endroit. Elle a tenté, tant bien que mal, de les camoufler, en vain, ses cheveux étaient toujours trop minces, jamais ils n'avaient eu suffisamment de volume. Ce pourquoi elle n'essaie plus de les cacher et n'a plus honte d'ainsi les extérioriser. Même si cela reste un léger complexe personnelle, qu'elle garde pour elle.

Passons autre part que sur ce fameux crâne, en s'écoulant sur son corps, on voit entre autre un cou. Contrairement à tout ce qui a été décrit plus tôt, celui-ci est bel et bien visible. Révélant les muscles, soutenant sa tête, avec énormément de frappe. Ceux-ci étant très visibles, on repère aisément le creux qui conduit à son thorax lorsque sa chemise est ouverte. Car si l'on voit bien le cou, en revanche, Hyuura ne permet aucune vue sur son décolleté, attachant toujours sa blouse blanche, rayée noire, jusqu'au dernier bouton, empêchant ainsi tous les affronts quant à son éventuelle intimité. Toujours couvertes, ses épaules démontrent un autre creux peu séduisant rappelant la minceur de cette femme et le peu de tonus qu'elle possède. Toujours sur ces fameux os postés aux extrémités du cou, celles-ci sont constamment affaissées, laissant penser, à ses adversaires, un manque de confiance, pourtant inexistant, chez la déserteuse. Plutôt frêle, son triple vêtement a pour but de cacher ces multiples failles à sa défense, mais cela n'aide pas toujours vu la lâcheté que sa peau a à tenir en place. En effet, celle-ci est plutôt flexible et se montre peu robuste aux coups portés directement, créant, ainsi, une faiblesse à cette joueuse, un peu étrange.

Sa poitrine, plutôt opulente, se démarque conséquemment des plis de la veste de la dame. Offrant une vue de première à ceux qui lui retire le manteau de l'Akatsuki ou qui parvienne à défaire l'un de ses boutons. Néanmoins, si celle-ci attire les hommes, c'est une toute histoire pour jeune dame qui, quant à elle, aurait souhaiter n'attirer aucun homme, ne prêtant aucune attention particulière à l'amour. N'y croyant tout simplement pas. Tentant de cacher ce venin séducteur d'hommes, elle le dissimule, légèrement, sous une cravate noire qu'elle refuse de retirer la signalant comme étant son article fétiche à quoi elle prête une attention énorme. Peut-être pas au point de la repasser, mais tout de même suffisante pour croire qu'elle la suit depuis longtemps. Cette zone de son corps est sans doute le seul endroit où l'on ne parvient pas à discerner peau et os. Ne laissant que peu d'espace pour tout ce stock de calcium, si l'on veut atteindre son thorax, il faudra faire perdurer le coup longtemps avant de passer au travers des graisses que son corps a stocké là à l'adolescence.

Ses bras, quant à eux, révèlent une très faible musculature, rappelant celle d'un ours en peluche. En effet, toujours sur le fait qu'elle néglige les exercices, ceux-ci sont plutôt flasques, laissant presque croire qu'ils n'ont aucun os. Ce qui n'est, bien évidemment, pas le cas. Plutôt longs, ceux-ci longent élégamment son corps sur toute sa longueur, du moins le tronc. N'illustrant qu'une pure minceur digne de la lèpre, il devient plutôt dur de les décrire. Néanmoins, dans le but d'être un tantinet plus jolie, elle cache ce misérable défaut sous la blouse blanche dont les manches, non-retroussées, atteignent de près le poignet. À ces mêmes manches est relié un bouton dorée ressemblant étrangement à une pièce de monnaie. Finalement, pour clore ces deux membres faits en long, de fines mains, relativement longues crée une extrémité fière. Pour tout dire, malgré cette minceur repoussante, ses membres s'assemblent bien ensemble. Enfin bon, s'étendant légèrement, ses bouts de bras s'allongent en finesse pour donner naissance à des bras plutôt tumultueux et inégalé. Bien que ceux-ci soient cachés par un sur-vêtement noir, on ne peine pas à savoir qu'ils sont plutôt longs et fins, se terminant par des ongles coupants auxquels elle prend effort à appliquer un vernis blanc pour la main gauche et noir pour la droite, créant ainsi un complément à son masque adoré.

En clôture à ce tronc, le bas de sa poitrine est, de son côté, plus ou moins dévoilé. Étant plutôt droite, celle-ci n'interfère pas avec son ventre plat, du moins ne faisant pas mine d'une trop grande minceur, pas au point de voir les os en tout cas. Imberbe, il s'évertue à n'avoir qu'un seul bombement, et celui-ci est intérieur, au niveau du nombril. Plutôt heureuse d'avoir un ventre ainsi sculpté, Hyuura le laisse paraître grâce à l'ouverture qu'elle laisse ver le bas de sa blouse. Montrant ainsi sa peau blanche, se rapprochant de la teinte de la neige, elle n'est pas complexée à ce point là. Toutefois, vu sa minceur, si son blouson lève ne serait-ce qu'un peu, on peut apercevoir le fameux «V» qui fait rêver tout le monde, mais qui pourtant, se différenciant ainsi des gens, fait honte à le détentrice de son corps. Désirant toutefois garder ce corps svelte, elle ne tient pas à engraisser pour le faire disparaître, préférant davantage le garder que de devoir endurer un surpoids qui ne ferait que la ralentir et la rendre plus encombrante. Ne désirant pas être ainsi indésirable, elle décide de tout simplement rester avec ce poids très léger, frôlant tout juste le 55 kilogrammes, se rapprochant ainsi de l'anorexie ou tout autre maladie causant une minceur exagérée.

Finalement, le fameux bas du corps. Celui-ci s'ouvre en un bassin plutôt mince, ne créant que très peu les formes régulières des femmes. Peu large, il crée toutefois un fessier suffisamment ferme et grand pour qu'elle puisse s'asseoir aisément sans solliciter d'inconfort dans ses positions. Naissant d'une colonne dont les sacrums sont endommagées, son dos à constamment la forme d'un «S» vers l'avant, laissant libre cours à l'illusion de faire davantage ressortir ventre et poitrine, autant que cette fameuse partie inférieure vers l'arrière. Le chemisier noir, servant de par-dessus à tout son accoutrement, se termine au niveau des hanches du dit bassin, ainsi caché et ne montrant pas autant sa véritable valeur.

Non mises en évidence pas un pantalon souple, un brin lousse, ses cuisses sont tout sauf grosses, en idée, elle peut aisément faire la circonférence de celles-ci à l'aide de ses deux mains. N'affectionnant pas la marche, on peut facilement remarquer ce point par la grosseur des mollets qui, eux, sont bien mis en valeur, ne pouvant, ainsi, pas être oubliés. Juste en haut de ceux-ci, ses genoux sont légèrement usés, vu l'habitude qu'elle a pris à s'agenouiller pour prendre des pauses. Néanmoins, cela n'empêche pas à ses jambes, tout à fait imberbes, d'être d'un minceur tout à fait inadéquate pour l'Akatsuki. Chose à laquelle elle ne tient pas à s'habituer. Finalement, tout ceci se clôt en des pieds fins et longs qui se raffinent en de petits orteils plutôt maladroits donc les ongles sont aussi bien vernis que ceux des mains. Le tout étant revêtu d'un paire de bottes en feutre noire, on peut dire qu'elle ne porte aucune autre couleur que ces deux là et le bleu céleste de ses cheveux.

Voilà ce qui clôt le physique de cette belle, autant que repoussante, jeune femme, aussi combattante soit elle, celle-ci prête une bonne attention à son physique cachant, tant bien que mal, ses pires défauts comme ses anomalies certaines, de par outre ses cornes qui sont bien les seuls articles à entrer dans cette catégorie qu'elle ne cache pas. Loin d'être une fière à bras, on comprend aisément que sa force ne réside pas dans le corps à corps, mais dans les coups à distance, et ce d'un simple regard. C'est bien malgré elle que la jeune femme est ainsi formée, il est toutefois nécessaire pour les esprits les plus vaillants et les plus magnifiques de posséder au moins quelques défauts, comme le dit son père, chose qui ne fut pas dupe de sa part, en tâche à consoler sa fille qui se révélait si triste face au physique qui lui avait été attribué à la naissance. Coincée avec ci, Hyuura vient tout de même l'assumer, même si elle continue de le cacher pour «ne pas effrayer les gens.»


♣ Who Are You ? ♣

Si son physique est si complexe, or sa personnalité n'en diffère pas du tout sur ce point. Il est plutôt dur de trouver les mots justes pour décrire une telle psychologie qui montre des côtés à la fois agiles et paresseux. Rendant bien plus difficile la tâche de narration, seul celui qui parviendra à décrypter toutes ses multiples facettes pourra aspirer à ce poste, à la fois humble et poussant à la léthargie. Hyuura n'étant pas très ouverte à la communication, elle est plutôt difficile à cerner. De ce fait, son binôme, lui-même qui se présente constamment avec elle n'importe où, en sait très peu sur elle vu ses attitudes mystérieuse. La seule chose qui peut avoir pousser Madara à recruter une telle femme reste sans doute ses talents. Cela lui procure une certaine confiance sûrement, d'où la raison pour laquelle elle accepta. M'enfin bon, comme quoi elle est plutôt complexe, moi, seule personne à parfaitement la connaître, je vous décrirai son véritable elle. La réelle «Joker», comme elle aime se surnommer. Du moins, ce que l'on en croit vu ses tendances à jouer un jeu théâtrale pour se montrer comme une autre personne. Devenant, néanmoins, de plus en plus elle-même à force de sa partie. Néanmoins, depuis son arrivée à l'Akatsuki, elle a cessé cette enfantillage pour se montrer sous son vrai jour à ses adversaires, histoire de respect pour eux afin qu'ils sachent qui mettra fin à leurs jours sans pour autant en voir le visage, lugubre ou non. En fait, c'est un petit engagement qu'elle a pris, laissant donc dans l'ombre le mystère vu son nouveau «jeu.» Le premier passe-temps ne portant pas sur la chance dont elle est tombée amoureuse. Éperdument, devrais-je même dire. En fait, ce n'est pas le plaisir de tuer, mais plutôt celui de voir souffrir son adversaire, de le voir s'étendre au sol, souffrant, respirant ses derniers souffles comme s'il soufflait dans une baudruche. Cela est une mentalité plutôt spéciale il faut dire, bien que peu originale dans la fameuse organisation. En fait, Hyuura est du genre à en finir vite, défiant promptement et de façon aguicheuse ses adversaires. Étouffant des rires plus ou moins macabres. En somme, la petite Daisu a le fameux sadisme de tous les super vilains connus. Toutefois, elle s'identifie comme l'étant moins, beaucoup moins qu'eux, se considérant bien plus joviale et calme qu'eux. Ce n'est que lorsqu'il agonise que la femme prend son rire crapuleux signifiant sa satisfaction.

Comme toute personne, Hyuura possède son petit côté lucratif bien à elle. Toutefois, celui-ci ne montre un côté diplomatique. En fait, elle n'aime pas s'étendre dans des discussions longues et sans buts précis. Préférant laisser cela «aux grands.» Bien sûr, cette idée anti-politique a une raison d'exister, dans sa tête, étant plutôt porter, vers la chance. La seule chose qui puisse vraiment décider si l'on prend le chemin de gauche ou de droit est, selon elle, une partie de pile ou face. Du genre moins directe, elle aura toujours tendance à choisir le côté pile. Toutefois, trop respectueuse des jeux de hasard à son goût, elle n'est en rien une tricheuse. Laissant donc son adversaire souffrir et vivre si la pièce tombe sur face et le tuant si celle-ci tombe sur pile, même s'il s'agit d'un meilleur ami. En fait, ce côté bureaucratique est plutôt laissé au dépend des jeux qui décideront à sa place. Elle sait, néanmoins, se présenter propre et sans trop de défauts pour gagner son du. Toutefois, dans sa légère passion du théâtre, la kunoichi de Yuki se montre comme étant une excellente menteuse. Affectionnant l'ironie plus que tout. Du moins, juste un peu moins que les jeux de chance, ceci étant pour elle la seule vérité que puisse porter le monde. Croyant que tout est ironique, et à la fois une pure chance, y compris l'existence, elle paraît plus antipathique qu'autre chose. Néanmoins, elle se montre très sociable, n'hésitant pas à faire part de ses frustrations, ses engouements, ses peines, ses fiertés, ses surprises, enfin bon, elle partage tout quoi. Même face à un adversaire. Sur ce point, elle est très ouverte, aimant connaître les intentions des gens autour d'elle et en particulier ses alliés. Enfin bon, toujours sur ce fameux point de vue des discussions, elle est portée à décrocher vite, n'adhérant pas énormément aux discussions solides fondées sur des arguments puissants où le charisme est guide des idées, elle s'invente toujours une défaite pour ne pas participer ou ne fait que fermer les yeux pour ne pas s'en mêler. Ne ronflant pas, cela forme un solide avantage en plus du masque cachant le tout. En somme, quand on parle sérieusement, Hyuura n'est pas la personne à consulter, s'écartant toujours de répondre à des sujets qu'elle n'appréhende pas forcément et où elle pourrait faire erreur, rappelant ainsi qu'elle aime avoir raison et s'en éprend avec passion, goûtant toujours chaque bouchée de la raison avec passion et languissement. Elle reste néanmoins très ouverte aux idées des autres et les respecte énormément. Très fidèlement même. Sans pour autant y croire.

Toujours sur un aspect plus sérieux, cette femme sait se montrer disciplinée et ne fait aucune mauvaise blague qui puisse mitiger ses fréquentations, s'assurant ainsi de garder les gens près d'elle. En fait, elle est très dévouée à ses tâches et s'attache énormément aux autres. Faisant, ainsi, d'elle une méchante un peu moins fidèle au rendez-vous, gardant néanmoins ce côté sadique dont elle ne se sert que contre les gens qu'elle ne connaît pas, généralement ses adversaires. En complément, lorsque le «châtiment de la pièce» tombe, elle est, on ne peut plus, sérieuse et fait tout pour suivre la route que celle-ci lui dicte. Devenant alors une sorte de gourou qui ne fait qu'abattre de plein fouet le jugement de son «Dieu.» Elle fait, malgré tout, ce qu'elle a à faire dépendant de sa cible, devenant ainsi une femme ordonnée et responsable, malgré ses petites manies plus ou moins respectables.

Néanmoins, elle n'est pas que sérieuse. En fait, elle n'est même pas calme la majorité du temps, rendant bien plus complexe sa personnalité déjà bien difficile à cerner. En fait, ayant un goût prononcé pour la chance, celle-ci soigne énormément sa pièce de monnaie porte-bonheur, ses dés et ses cartes, qui sont tranquillement devenus des armes à ses yeux. Créant son attirail, ceux-ci décident de la suite des évènements à sa place, n'étant pas capable de trancher d'elle-même, de ce qu'elle fera, chacune de ses cartes fétiches étant assignées à des techniques dont elle fait usage. Faisant d'elle une fille très joueuse, le rire est selon elle une chose essentielle qui se doit de se jumeler avec le divertissement. Ainsi, en combat, comme lorsqu'elle ne se retrouve pas étouffée dans des discussions trop compliquées pour elle, elle ne cesse de s'esclaffer à l'aide de moqueries, toujours amusantes à ses yeux, mais souvent ennuyantes pour les autres. Elle est, comment dire, très moqueuse et ne se préoccupe que très peu, sur ce fait, des émotions des autres. Tentant de les faire glousser pour tout régler car, oui, pour elle, l'hilarité est la solution à n'importe quelle situation, même si, souvent, elle s'avère inadéquate. Cela réduit un peu son niveau d'âge mental. La jugeant ainsi moins mature, on l'évite la majorité du temps. C'est ce qui forge son côté solitaire d'ailleurs: le fait qu'elle soit si insupportable. En retournant sur les fameux jeux, elle ne vit qu'à leur dépend, n'agissant que très peu sans les consulter. On peut croire que ceci est un manque d'estime en son intelligence, bien qu'elle soit plutôt stratégique. Elle n'aime tout simplement pas choisir d'elle-même, n'étant pas capable de refuser une demande ou une idée, la rendant bien plus généreuse que ses confrères. Toutefois, elle respecte à cent pour cent ce que sa chance lui dictera, ainsi, il suffit d'être chanceux pour passer sous son dévolu, aussi robuste soit-il. Elle se fiche que quelqu'un dévoile ses pouvoirs. Si elle touche face pour ne pas tuer son opposant, elle laissera la tâche à son partenaire ou partira, tout simplement, laissant l'autre derrière elle, au bord du précipice, mais toujours vivant. Car si elle ne le tue pas, elle l'achève, au moins un minimum, afin que celui-ci comprenne de ne pas la sous-estimer et que lors de prochaines rencontres imminentes, l'éviter serait une bonne idée. Car si elle est fanfreluche, elle très fière de ce qu'elle est et ne laisserai cela partir pour rien au monde. Elle accepte la chance qu'on lui a donnée d'être une «prodige» de la sorte et s'y met à fond.

D'une nature très enthousiaste, sa bonne humeur finit toujours par taper sur les nerfs de ses rencontres. Avec son constant rire et sa voix toujours joviale, même lorsqu'elle reçoit un coup, on peut difficilement exprimer ce qu'elle ressent, et ce, constamment. Aussi difficile à suivre, elle devient quelqu'un d'espiègle aussitôt qu'elle tombe en une compagnie quelconque, alors que seule, elle se morfond, cachant son passé qu'elle ne peut nier néanmoins. Du genre à toujours parler, elle est plutôt redondante à la longue, mais on s'habitue dans le sens où elle ne se répète pas souvent. En fait, bien qu'elle n'engendre aucune discussion bien sérieuses, ses sujets restent plutôt bien choisis et bien en harmonie avec la situation, même si elle reste dans la partie humoristique de tout cela, trop attachée à sa façon de toujours détendre l'atmosphère. En rapport avec cette personnalité peu rationnelle, Hyuura s'attache très facilement. N'ayant connu aucune réelle amitié, par choix, il est très rapide pour elle de se sentir proche des autres. La seule chose à laquelle elle refuse de s'attacher, c'est une nationalité, une appartenance. Elle n'aime pas s'identifier à un groupe telle, la seule raison qui la pousse à jurer fidélité à l'Akatsuki et à s'y identifier est le fait de n'avoir aucun domaine réel, même si elle doit respecter les ordres de Madara, son fameux chef.

Malgré tout, cette femme est très intelligente, stratégique et tout ce qui va avec. Même si elle évite les grands sujets diplomatiques, elle sait argumenter, s'ennuyant tout simplement quand cela lui arrive, s'endormant jusqu'au point où une boule se noue dans son estomac. À l'académie, elle n'avait pas les notes les plus hautes puisque tout cela était trop sérieux pour elle. Toujours distraite par les cartes, elle ne savait entrer dans les examens pour les terminer, faisant d'elle, sur papier, une étudiante en besoin d'aide. Elle refusait toutefois cette aide, signalant qu'elle savait se débrouiller. C'est un côté, justement, très farouche de cette fille, elle a énormément d'orgueil. Hyuura déclinera toujours les demandes d'aide, allant se tuer à la tâche si c'est nécessaire, au sens littéral du mot. Ne sachant s'avouer vaincue par le fait même, elle continuera sans cesse, ni rogne d'affronter ses obstacles, quel qu'ils soient. Cet orgueil l'empêche d'accorder sa confiance rapidement même si elle s'attache rapidement aux gens. Cette confiance venant du fait qu'elle n'a pas eu trop d'amis plus jeune. Cela la rend farouche, mais elle ne montre ce point peu enviable aux autres. Préférant les berner dans son mensonge de femme parfaite et fatalement confiante envers les autres aveugles qui l'accompagnent. Comme quoi, elle n'accorde même encore toute sa confiance à son propre père.

Néanmoins, cette femme, douce de nature, malgré son rang, est passionnée envers les animaux, leur donnant toujours énormément d'attention. Bien que ceux-ci soient majoritairement sauvage, elle s'affectionne pour eux et tentera parfois des approches. Ainsi, lors d'avancé, un simple animal peut la déconcentrer, le trouvant trop charismatique. Elle tente néanmoins d'oublier la nature pendant les combats, évitant ainsi la distraction, même si c'est plus fort qu'elle.


♣ Put Me Asleep ♣

♣ What Happened ? ♣

Qu'elle soit mystérieuse ou extravertie, chaque personne possède sa propre légende qui envahit imprudemment des passés fondés ou non. Cette histoire est celle qu'elle raconte toujours, grugée par le doute d'avoir bien fait ou non. Assaillie par les questions du suicide. Chaque histoire possède sa petite tristesse. Elle n'est sûrement pas contrôlée par son auteur qui préférerait que des joies, aussi insolites soient-elles. La vie devient l'une de ces complexités avec ces fameux bas, mais dans la majorité des cas, les gens sont suffisamment fort pour surmonter toutes ces épreuves à la noix qui engourdissent notre esprit de fourbes insultes. Néanmoins, ce sont l'ensemble des évènements qui forgent la personnalité de chaque êtres, les rendant ainsi, tous autant qu'ils sont, uniques. Ceux qui sont fous au quotidien sont sans doute ceux ayant vécu le plus de mal, s'y étant familiarisé, ils vivent avec. Mais certains font exception à cette règle. Ce groupe de gens s'infligent lui-même des blessures à bras ouverts, se fichant des inconvénients, souhaitant tout bonnement s'identifier à une vie qu'ils ont choisie. Daisu Hyuura, jeune femme aussi absurde est-elle, appartient à ce groupe, les damnés par choix. Elle aurait bien pu avoir un passé rocambolesque, émouvant et solide comme il ne se peut pas, mais elle s'y refusait, désirant comprendre ceux qui vivent dans ce malheur. Cela n'en fait pourtant pas moins une femme exquise à fréquenter, bien qu'insupportable vu son emportement. Cette fille aurait pu vivre bien plus heureuse que cela, si seulement elle avait essayé. Préférant rester avec sa pièce de monnaie, ses cartes, ses jetons et tout ça, elle se distança des autres pour ne jamais leur parler, même en travaux de coopération, préférant se débrouiller seule. Son équipe de Genin était difficilement constituée pour cette cause. Mais plutôt que de vous étirer dans des phrases plus ou moins structurées, laissez moi vous raconter son histoire, celle qui commence avant même qu'elle voit le jour. Dans des détails que nul ne peut connaître, je tiens à vous montrer le plus important de sa vie.


♣ Tell Me More ♣
♣ With Who Do We Speak ? ♣

♠ Who's Behind The Screen ♠ Vous me connaissez, non ? Bah un peu quand même ;;
♠ Talk About Us ♠ Bah écoutez, je fréquente le forum depuis quelques temps déjà et contrairement à quand je suis arrivée. Ça s'est améliorée, graphiquement parlant. Et le reste, bah vous savez, j'adore *-* =D
♠ How Often Are You Here ? ♠ Bah, j'suis là tous les jours, sauf exception. J'passe au moins. ET JE VOTE KYOO !!!
♠ How Did You Found Us ? ♠ Top-sites, c'était ça quand j'suis arrivée pourquoi ça aurait changé.
♠ And The Rules, In All This ? ♠ (osef)
♠ Do We Already Know You ? ♠ Ouip =D
♠ Anything Else ♠ Euh bah... ne me souhaitez pas bienvenue... xD [Autorisé par Yujoba]

♥ Haruka Eichi ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Getting on Red Moons... Pile ? - Hyuura Daisu (Akatsuki)[U.C.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Pile ou Face ? || PV Tyler, Daphné & Gaïa [PM]
» AZAZEL ◭ Pile tu meurs, face je te tue !
» Liste à 1000 pts de Bad moons
» Pile en face du cimetière, tu vois ? [PV Kayleen]
» Akatsuki Rising
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kigen No Setsuwa  :: « LE DÉBUT DE L'HISTOIRE » :: Présentations et recensements :: Présentations-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit