AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Je m'appelle Honoo no Rubicant et je suis un ninja.


avatar

Epéiste Légendaire



Messages : 145
Date d'inscription : 09/04/2011
Age : 29



Fiche du Shinobi
Ryos: 178


MessageSujet: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Jeu 28 Avr - 15:10

L’homme est une créature parfois des plus étranges, si simple mais aussi pourtant si complexe, elle vit dans un monde à part qui est le reflet d’un univers aussi singulier que redoutable. Orgueilleux, stupide, arrogant, prétentieux, l’homme ne vit parfois qu’a travers les tares qui sont siennes, ne faisant se refléter sur l’eau qu’une tache noirâtre de pêchés et autres diableries qui sont le commun et le but même de la vie humaine. Erreur parmi la grande lumineuse vérité, l’homme se distingue de ces êtres immatériels dont la simple existence et le nom n’inspire que la crainte et la révérence d’un inconnu superficiel, une peur face à ce qui se trouve être plus grand, plus fort, plus parfait que nous le sommes, l’homme tend toutefois à teinter les ténèbres de sa vie d’une auréole de clarté qui le distingue des démons et autres monstruosités perdus dans le confins d’un temps qui n’a plus lieu d’être. De part ainsi une nature parfois cruelle, sombre, malfaisante, l’homme n’aspire qu’a contenter son propre égo, un esprit mauvais dont la seule réelle envie est de combler des désirs plus malsains les uns que les autres et qui ne sont dictés que par la loi de l’égoïsme le plus pur, et de ce fait la solitude est un de ces attraits que l’humain à développé pour parfois grossir encore plus ce désir malveillant qui ne fait que germer de plus en plus puissamment dans son cœur pétri de ténèbres incestueux. La solitude est une de ces choses qui permettent à l’homme de se confronter à lui-même, seul face à sa propre personne et d’enfin se confronter à ses propres maux, de combattre ses propres malédictions et de lutter parfois même contre des désirs refoulés qui semblent peu à peu remonter à la surface pour corrompre encore plus l’âme noirâtre qui est sienne. Mais la solitude est surtout quelque chose que les humains les moins ténébreux aspirent parfois à découvrir, juste pour pouvoir se retrouver seuls avec eux même et discuter avec leur propre cœur, leur esprit des questions fondamentales de l’univers ou de ce qui compose leur être et leurs sentiments les plus profonds, afin de trouver une signification à leur existence, ou de trouver une réponse à quelque chose qui dans sa toute divine supériorité domine le ciel et l’univers dans un corps éthéré que la conscience mortelle ne pourrait jamais imaginer ou caresser du bout de son imagination.

C’est là une de mes visions du monde et de l’humain dans sa globalité, créature mauvaise et arrogante qui ne tend qu’assurer sa destruction sur le long terme, mais qui pourtant renferme une lueur d’espoir, un éclat de lumière enfermé dans son cœur et qui peut finir par réussir à déchirer le voile noir du roi maudit qui compose sa volonté néfaste d’assurer son seul égoïsme. De ce fait, moi le grand et terrible autocrate des flammes ne porte guère le genre humain dans mon propre cœur, ayant peu de foi en cette espèce qui est la mienne, même si une partie de mon être tend parfois à vouloir essayer de voir le bien qui puisse encore exister en eux. Cette état solitaire et égoïste peut aussi parfois mener le genre humain à réfuter sa propre faiblesse et ainsi l’amène à s’isoler complètement du monde et des autres lorsque pourtant son cœur, son corps, son esprit lui-même à le plus besoin de l’appui de ses semblables. Et la situation dans laquelle le monde ninja se trouvait en ce moment en était l’exemple le plus concret et le plus frappant, car face à un adversaire qui semblait parfois plus fort que nous, il était de notre devoir de mettre de côté tout nos à priori et de nous unir afin de lutter tous ensemble, car ce n’est que dans l’union qu’une fourmi peut abattre un scorpion, que les villages pourront vaincre l’Akatsuki. C’est dans cette optique d’une forte alliance entre les nations que nous avions ainsi du quitter notre village caché de la brume pour couper à travers mer vers le pays de la foudre où se trouvait le village caché de Kumo, lieu de toute nos attentions car il serait le théâtre de notre dernière chance contre ce serpent tapi dans l’ombre de nos erreurs et de notre arrogance, n’attendant que le bon moment pour surgir des ténèbres pour frapper avec d’autant plus de vigueur que son venin pouvait dès lors nous être fatal.

Le voyage en lui-même fut plutôt rapide, et particulièrement apaisant, car il n’y avait rien de plus stimulant pour l’esprit que le remoud inconsolable des vagues d’un océan d’apparence calme mais dont les profondeurs étaient plus tourmentés encore que l’âme d’un dieu déchu, car elles offraient le son et la musique qui permettait à la conscience de vagabonder dans un univers qui semblait inconnu et pourtant si beau et poétique. L’océan est la scène qui regroupe tout les fantasmes de notre espèce, ainsi que toutes nos peurs les plus primaires, car un monde aussi incroyable inconnu que celui-ci, offrant la chaleur et la délicatesse d’une eau azurée le jour, mais d’une étendue noire et effrayante au crépuscule, ne pouvait être que la porte vers un univers où se trouvaient tous les mythes de notre conscience. Ainsi j’avais passé le plus clair de mon temps lors de cette traversée sans accroches particulières, à scruter l’horizon, admirant ce monde maritime qui s’offrait à mes yeux, et me faisant voir encore à quel point je devais grandir et évoluer pour pouvoir me dresser en égal face à des choses aussi simple mais incroyable qui nous étaient offertes par la reine monde elle-même. Ainsi après plusieurs jours de voyage, nous arrivions finalement au pays de la foudre où après une longue marche qui n’était qu’un trépas silencieux et tendu de la part des troupes, nous étions finalement arrivés devant le grand village caché de Kumo… Si j’avouais volontiers qu’il était de notre devoir de mettre nos sentiments de côtés et de nous laisser aller à tenter d’entretenir certaines formes de relations avec les ninjas des autres villages, il me répugnait pourtant de le faire, car ma propre nature était celle du démon solitaire qui ne cherchait qu’a vivre avec lui-même afin de se confronter au plus redoutable des adversaires qui sois, ma propre conscience. Ainsi, à peine fussions nous arrivés, et les quelques consignes donnés, que j’esquivais mon propre groupe afin de m’éloigner des ninjas de mon village, et de ceux des autres nations afin de m’enfermer dans mon isolement éternel… Avant de devoir ici, je me souvins que j’étais en plein entraînement avec ma chère partenaire, cette monstruosité qui répondait au nom d’épée et qui faisait de moi un des 7 épéistes gardien du village caché de la brume… Coupant à travers des lieux qui me semblaient isolé, vagabondant un long moment sans trop savoir où j’allais, je me perdais dans le village en évitant tout contact que je ne désirais point, et finit par arriver dans une lande déserte non loin des habitations du village, ce qui semblait être ainsi un lieu d’entraînement où je pourrais me libérer en paix, seul contre moi-même et le temps s’écoulant, afin de me préparer à ma propre façon à cette guerre qui allait nous attendre nous autres ninjas, nous autres armes de guerre.

Une lande couverte d’herbes jaunes et mortes, de vieux arbres surgissant par endroits dans une verdure n’offrant que le spectacle d’un trépas prochain, tel était le lieu que je choisissais comme terrain d’entraînement. Je me mis à farfouiller pendant un certain moment dans les petits bois environnants, et revenait de temps à autres au milieu de la lande, tenant des mes bras de larges troncs que je disposais en cercle large et espacé afin de me servir de cercle d’entraînement à l’épée… Lorsque j’eusse ainsi rassemblé une dizaine de tronc particulièrement épais, je soulevais ma propre épée, me tenant en garde, prêt à attaquer des adversaires fantomatiques, issus tout droit de mon imagination de guerrier qui allait ainsi prendre l place de ces troncs immobiles, morts, adversaires de fortunes qui feraient bien leur office. Roulant des muscles, je tendis mes bras en l’air, serrant mes mains sur la large poigne de mon arme, puis la descendit face à moi, avant de recourber les bras en arrière, fléchissant les jambes, prenant une posture de combat. Puis, d’un mouvement sec, je m’élançais vers le premier des troncs et laissant mon chakra s’écouler dans l’arme, je tranchais net le vieux morceau de bois dans un crépitement sonore et puissant qui semblait prendre un malin plaisir à déchirer le silence qui s’était instauré en ces lieux, réduisant à néant cette sensation de solitude salvatrice. Après avoir abattu le premier de ces adversaires végétaux, je projetais une boule de feu avec un estoc vers un autre morceau de bois qui s’effondra en arrière sous le choc, produisant un puissant craquement sonore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kiina et je suis un ninja.


avatar

Chunnin de Suna



Messages : 393
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 24
Localisation : se ballade dans les ruelles de Suna.



Fiche du Shinobi
Ryos: 150


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Jeu 28 Avr - 15:24

L’étonnement, la surprise, la déception…
Puis finalement la solitude.



J’avais rencontré deux garçons de Konoha, des camarades de voyage qui ne m’avaient cependant pas adressé la parole avant notre arrivée à Kumo. Ce qui me faisait penser, après coup, que cette apparente sympathie ne devait être qu’une ébauche d’hypocrisie. D’accord il fallait se créer des liens avec les ninjas d’autres horizons, après tout nous étions si proches de la guerre que c’était un peu une obligation pour nous autres ninjas. Mais de là à se forcer et à faire semblant d’être avenant, il y avait un fossé entre ces deux personnalités. Je détestais les hypocrites. Ils me rappelaient trop Koguro, cet homme détestable qui m’avait élevée depuis que mon père m’avait abandonnée. Koguro faisait semblant d’être un homme aimant avec sa fille adoptive, mais une fois à la maison, il me frapper, et pas avec le dos de la cuillère. J’ai souvent atterrit à l’hôpital à cause de lui, mais à chaque fois il trouvait un prétexte pour que les médecins ne soupçonnent rien. Lorsque j’étais blessée à la tête par exemple, il avait prétendu que j’étais tombée dans les escaliers, et lorsque j’avais clamé que j’avais été battu, il sortait l’excuse des divagations à cause des coups. Bien sûr ces idiots de médecins buvaient ses paroles : qui porterait importance aux dires d’une fille de déserteur ? Personne. Pour eux, pour tous, je n’étais que petite rien du tout. Un grain de sable dans l’immensité des dunes de Suna…

Je marchais, je m’éloignais de plus en plus de l’endroit où je m’étais faite pointée, à savoir les portes de Kumo. Pourquoi avais-je été aussi bête ? Je détestais me faire manipuler de la sorte. Je n’aimais pas servir de jouet pour les désirs puérils de mes pairs. Le bruit de mes pas résonnait à mon oreille aussi fort que la douleur que je ressentais face au souvenir de Koguro. Décidemment, ce monstre me suivra toujours… Je remarquais par hasard que je m’étais mise à pleurer en voyant une tâche foncée apparaitre devant moi sur la poussière du sol de ce pays étranger où je n’étais venue qu’une seule et unique fois il y a 3 années maintenant. La rage que je ressentais était si forte que je n’arrivais pas à arrêter mes larmes de couler. Je les laissais donc s’exprimer, de toute façon il n’y avait personne aux alentours, et personne n’aurait l’idée de me suivre. Personne ne se souciait d’une moins que rien...

Ma gorge commençait à devenir douloureuse car je ne voulais pas faire de bruit, je ne voulais pas respirer bruyamment, ce qui me fit donc mal. Je finis par ne plus tenir et je m’écroulais au sol. A quatre sol face à la réalité des choses, je libérais ma rage dans de petits cris espacés de prise de respiration tandis que je frappais du poing le pauvre sol qui n’avait rien à voir là-dedans. Je pense que j’en avais besoin. J’ai pleuré un moment dans cet endroit isolé où personne n’irait me chercher. Pleurer de la sorte m’avait fatiguée, mais si je ne l’avais pas fait, comment me sentirais-je à présent ? Je n’osais même pas y penser… J’avais fini au sol, épuisée par toutes ses larmes mais des plus soulagée. J’admirais nous loin de moi une petite fleur blanche qui pointait difficilement le bout de son nez. Elle me fit un peu penser à moi. Elle aussi elle se battait dans un monde où on ne voulait pas forcément d’elle. La preuve en était que le sol alentour était entièrement carbonisé. Sans doute devais-je me trouver sur une zone d’entrainement de Kumo. Bah, de toute façon ils seraient tous occupés à accueillir les nouveaux arrivants aujourd’hui, je n’avais donc pas de soucis à me faire. Ce n’était pas comme si je m’étais incrustée au beau milieu d’un combat épique entre deux adversaires de naissance.

Cependant, mon instinct de ninja m’alertait : je n’étais pas seule dans cette clairière. Je me remis donc sur pieds, ôtant d’un geste de la main les dernières larmes qui roulaient sur mes joues et m’affairait à découvrir en compagnie de qui pouvais-je être, ou de quoi. J’approchais tel un félin entre les branchages du petit bois dans lequel je m’étais aventurée. Je m’approchais de la zone d’où j’avais cru entendre des sons. Mais alors que j’arrivais à l’orée du bois, j’aperçus un homme, musclé comme je n’en avais encore jamais vu, s’approcher vers moi. Apparemment il ne m’avait pas encore remarqué, alors sous le coup de la panique, je m’étais glissée sous les buissons et observait les mouvements de ses pieds. L’homme que j’étudiais de mon poste d’observation disposait de gros troncs d’arbre mort de manière plus ou moins cyclique. Sans doute essayait-il de se délimiter un espace d’entrainement. C’était plutôt bien fait, mais je me demandais avec une certaine admiration combien de kilos pouvaient peser ses troncs… Enfin, j’avais face à moi un géant aussi, c’était pas un nain, il dépassait les 2 mètres à n’en pas douter. Ce qui avait attiré mon attention hormis son imposante musculature et sa taille de géant, ça restait néanmoins ses yeux. Je ne les avais vus que de loin bien sûr, car je ne voulais pas me faire voir, vu le colosse je me serais fait mettre en pièces. Oui, ce qui m’avait marqué chez lui c’était ses yeux : d’un doré profond et sévère. Il avait du charme, si on ôtait la peur qu’il devait susciter aux autres rien que lorsqu’ils lui lancent un regard.

Je m’approchais au maximum en rampant sous les branchages pour voir précisément ce qu’il faisait. Cette attitude me fit penser que je serais une bonne espionne, non ? Enfin, revenons à notre sujet. Il attaquait un des épais troncs à l’aide d’une épée, ma foi aussi immense que lui. Ce qui était sûr, c’était qu’elle collait bien au personnage. Mais il me semblait toutefois que cette épée n’était pas une simple épée. Non, elle avait quelque chose de puissant elle aussi. Il avait pour finir, lancé une boule de feu vers un autre tronc, lui cette fois à l’opposé du géant. Le bruit assourdissant qui suivi la chute du tronc visé me fit couvrir mes oreilles. Dieu que cet homme était fort. Rien à voir avec mon simple niveau de Chuunin. Il était au moins de niveau Juunin, et encore je rabaissais de loin son niveau !
J’eus un sourire après avoir vu un homme aussi puissant. J’avais envie de lui parler, faire plus ample connaissance, ou même simplement savoir si comme moi il était ninja. Certes j’avais une grosse appréhension mais comme on dit, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Sur ce dicton, fort peu approprié à la situation, je sortais ma tête des feuillages et m’adressais à l’homme qui était à une vingtaine de mètres de moi, mettant ma main sur le côté de ma bouche pour guider ma voix dont je me devais d’augmenter le volume.


« Eh ben c’était du bon boulot ! Respect ! »



Bon, j’avais cassé la glace, maintenant restait à faire les présentations. Je sortais donc tant bien que mal des buissons, me frottant un instant par-ci par-là pour ne pas paraitre trop poussiéreuse envers l’homme que j’avais appelé. J’étais de moins en moins sure de moi mais je devais tâcher de garder un minimum mon sang-froid. J’avais pris le risque de lui parler, alors autant continuer. Je me dirigeais donc vers lui d’un pas que je voulais assurer. Mais plus je m’approchais, plus il me semblait grand, ce qui me fit déglutir. Arrivée tout près de lui, je plongeais mon regard d’azur dans le lac d’or de ses yeux. J’avais eu raison, il avait de magnifiques yeux dorés. Cette pensée me redonna un peu courage et je lui fis un doux sourire avant de m’expliquer, après tout je n’avais plus que ça à faire maintenant que je l’avais interrompu dans ses affaires.


« Euh… J’étais dans les bois quand j’ai entendu que vous bougiez des troncs, j’ai donc un peu observer vos mouvements… Et je dois dire que vous m’avez impressionnée ! »



Ma dernière affirmation fut bien plus sûre que les autres car j’avais repéré son bandeau ninja. Et à en juger par les signes inscrits dessus il s’agissait d’un ninja de Kiri. Pour je ne sais quelle raison, j’étais heureuse, et ce par le simple fait d’adresser la parole à un ninja d’un autre pays et surtout un ninja aussi fort que lui. Je sentais mes joues s’empourprer au fur et à mesure que je le regardais. J’éprouvais une profonde admiration pour cet homme que je ne connaissais pourtant pas. Je me disais qu’avec des hommes comme lui, nous réussirions à gagner la guerre qui s’annonçait, c’était obligé ! Je déglutis à nouveau et plantais mon regard sur celui de mon interlocuteur avant de lui sourire à nouveau, un sourire doux et amical, comme j’avais toujours voulu en faire aux Sunajins que j’avais rencontré, mais que je n’avais pu me résoudre à faire car ils me jugeaient tous sur mon passé… Je lui tendis la main de manière franche et ouverte, je voulais le connaître. Je voulais qu’il soit mon allié dans cette guerre contre un ennemi commun.


« Je suis Kiina, Chuunin de Suna spécialisée dans l’utilisation des techniques de Katon. Et vous ? »



Ce fut sans doute sa carrure imposante qui me faisait le vouvoyer, sans compter qu’il me semblait beaucoup plus âgé que moi. Enfin, plus âgé que la moyenne des ninjas que je côtoyais qui avaient pour la plupart mon âge ou moins. Cependant, je ne voulais pas avoir peur de son apparence. Moi, on me jugeait sur les apparences, alors je n’allais pas réitérer les erreurs des autres avec ce fascinant inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kimary et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 21
Date d'inscription : 20/04/2011



Fiche du Shinobi
Ryos: 190


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Sam 30 Avr - 0:04

L’arrivé à Kumo n’étais pas des moindres. La fatigue ce faisait étonnamment ressentir et pourtant je n’avais pas cette envie de m’asseoir sur le sol afin de reprendre des forces, j’avais en moi cette curiosité qui voulais que je parte à la découverte de ce village qui m’étais complètement inconnu. Village dans lequel ce situe les ninjas de la foudre comme certains aiment le dire. Voila quelques jours à peine que nous sommes partis de Suna, et me voila déjà en manque de mon village. Son sable, son désert, ses habitants, mère. Toutes ces petites choses auxquelles ont fini par s’attacher sans trop perdre de temps, et voila qu’une fois partie on ressent comme le besoin de les avoirs prêt de nous. Cela est-il dû au fait que ce sois la toute première fois que je sorte réellement du village ? Très certainement, il ne faut pas que je commence à me faire un quelconque souci ou je risque de passer un très mauvais séjour et de loupé bien des choses. Il faut en profiter à tous pris.

La magie opère aussitôt. Soudainement, je repris le sourire, le moral gonflé à bloc et me dirige en plein centre ville. Il me fallait manger un morceau rapidement ! Ni une ni deux directions le premier restaurant possible. Et bien, on mange beaucoup mieux à Suna quand même ! Je ne vais pas commencer à me plaindre sinon on est mal barré, mais quand même ! Le pire dans l’histoire ce n’est pas que l’on mange mal mais sans nul doute que ça me coute super cher au final. Pff bande de voleurs ! Rappelez-moi de ne jamais revenir manger à Kumo !

Une fois rassasié, direction un endroit tranquille, il me faut me préparer, il me faut parfaire mon entrainement. Je n’aurais pas le droit à la moindre erreur, je dois être impeccable, irréprochable même. Si ce n’est pas par mes techniques, ce sera par mes tactiques. Je dois être capable de faire mieux que cette famille de Konoha, les Nara si je me souviens bien. Eux qui ont cette faculté si particulière de tout analyser en peu de temps et d’être capable de pondre aussitôt une tactique. Je suis sure de pouvoir faire mieux, ou au moins aussi bien ! Arrivé sur un petit chemin des plus simplet, je ne pu que m’asseoir face à une végétation des plus rares dans ce pays aussi.

*Franchement, qu’est ce que je pourrais bien apportés à des ninjas dans cette épreuve ? Je ne suis qu’une genin et tout le monde les prends pour des boulets, les ninjas à protéger car ils ne valent rien ou presque. Eux qui sont censé ne rien faire. Je ne comprendrais jamais ce point de vu. Tout le monde a un jour été genin, ils savent ce que cela fais d’être considéré comme des moins que rien alors pourquoi nous faire subir la même chose ? Je suis pourtant sure que des genins peuvent aidés des chunnins ou toutes autres personnes ! Ça m’énerve ces gens qui catégories les personnes qui leurs sont inferieurs ! On ne peut pas laisser passer ça et pourtant, moi, je ne peux rien y faire. Tout ce que je peux faire, c’est d’encaissé, souffrir à l’intérieur et ne pas le montrer. Comme ci je n’avais pas déjà asses souffert comme ça ? Pourtant faire souffrir des gens qui en ont déjà eu beaucoup ? Les responsables devraient être punis pour cela mais malheureusement, cela n’arrivera jamais. Puis cela a l’air de leurs procurer beaucoup de plaisir en plus. Poisse !*

Je ne pu que pousser un long soupir à la suite de cela mais il me fallait me remettre en route, il est impératif que je sois parmi les plus important. Je dois montrer à tout le monde qu’à Suna, même les genins ont un bon niveau, interdiction formel de flancher, impossible ! Rapidement j’arrivais sur les quelques terrain d’entrainement de Kumo, tous étaient déjà pris par des ninjas du village de la foudre enfin, c’est ce qu’il me semblait. Un terrain retiendra rapidement mon attention. Il était seul. Un homme très grand et avec une musculature plus qu’importante, à côté je pourrais passer pour une simple vermine. Il m’avait l’air de bien s’amuser à ramener des troncs d’arbre certainement deux à trois fois plus lourd que moi. Il avait une force surhumaine ce gars là, mais d’où vient-il ? Certainement pas un ninja de Kumo, enfin je ne pense pas, de Suna ? Non je l’aurais vu pendant le trajet, un gars comme lui, on ne risque pas de le louper, surtout quand on voit la taille qu’il fait ! Puis je le vis sortir cette arme, on pourrait distinguer une épée, mais de cette taille je n’en avais encore jamais vu, elle est plus grande que moi sans nul doute, impressionnant. Cette rapidité et cette force, sans compter le fait qu’il maitrise tout aussi bien le katon au vu de la dernière technique lancer, ce gars, il vaut mieux ne pas l’avoir en ennemi sur un champ de bataille si vous voulez mon avis. Puis, un nouvel événement apparu, une jeune fille. Je regardais le tout et je ne pu m’empêcher d’avoir un petit sourire, David contre Goliath. Elle n’est pas très grande, surement autant que moi et très fine, tout le contraire du jeune homme lui faisant face. La chose qui la démarque énormément ce sont ses cheveux, très long et de couleur rose, une chevelure sublime, j’irais bien la lui voler tiens ! Ça ne marche pas comme ça, c’est vrai, mais on ne sait jamais après tout ! Je pris la peine de m’avancer sur le terrain afin de féliciter le ninja pour sa démonstration quand la jeune fille pris la parole à ma plus grande surprise.

« Je suis Kiina, Chuunin de Suna spécialisée dans l’utilisation des techniques de Katon. Et vous ? »

Hein !? La fameuse Kiina ? La fille rejetée par la plupart des Sunajins simplement parce qu’elle est la fille d’un déserteur ? Son histoire n’est pas la plus gaie je le conçois, mais pourquoi lui en vouloir à elle ? Elle n’y est pour rien après tout, tout comme maitre kazekage à l’époque ou son démon vivait en lui. Pourquoi mettre des étiquettes à de telles personnes sans même essayez de les connaitres, ne cerais-ce qu’un tout petit peu. Elle ne peut pas dire qu’elle a eu une enfance facile cette fille là, mais je suis sure qu’elle ne voudrait pas que cette histoire la suive jusqu’ici. On est à Kumo, autant essayer de tous oublier nos petites histoires, y compris pour moi, qui, pendant quelques temps peu oublier la tragédie de mon clan. Ces pauvres ninjas qui ce sont sacrifiés pour leurs pays, ils ne sont pas décédé en vain au moins, maintenant, à moi de prendre la relève, à moi de montrer la force que l’on a, à moi de nous faire sortir la tête de l’eau et de montrer que la dernière kunoichi apte à se battre peux faire des étincelles !

*J’espère que vous me soutiendrez mère. De votre lit d’hopital, j’espère que vous ne m’oublierez pas et que vous ne vous ferez pas de fausses idées. Je reviendrais dès que l’on en aura fini à Kumo, promis !*

Je continuais encore et toujours mon ascension du terrain d’entrainement jusqu’à arriver à hauteur des deux ninjas.

« Bonjour à vous ! Félicitation pour cette petite démonstration de vos talents. J’ai eu la chance de passer dans le coin au bon moment apparemment. Quelle surprise en vous voyant en pleine action. »

A quoi m’aurait servi de cacher la vérité ? Cet homme m’a énormément impressionné avec ces attaques, simple mais très efficace. Cela change clairement des différents styles que j’ai pu croiser à Suna donc celui utilisé par le frère de maitre kazekage. Les marionnettistes sont impressionnants mais pas très puissant alors que celui la est impressionnant et ne m’a pas l’air puissant mais beaucoup plus que cela ! Puis je croisais rapidement le regard de chacun des deux ninjas.

« Kiina de Suna ? Moi qui pensais ne jamais avoir la chance de te rencontrer, on dirait que c’est enfin fait, sachez que j’admire beaucoup ce que vous faites ! J’en oublie presque les politesses, je me présente, Kimary, genin du village de Suna. Je suis présente essentiellement en soutien pour ma part. »

C’est vrai que sa vie je ne la veux pour rien au monde, mais arriver à garder la pêche comme elle l’a, continuer de travailler pour le village du sable. Rien que cela demande un grand respect pour cette personne. Nullement je ne la jugerai c’est vrai, mais je l’admire quand même et cela personne ne me l’enlèvera ! J’espère seulement que mon approche aussi poli que brutale ne la bloquera pas en lui faisant croire que pour moi elle n’est qu’une bête de foire porteuse de la peste car il n’en est rien ! Nous verrons bien avec le temps après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-no-seken.forumactif.org/


Je m'appelle Oruku Kato et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 17
Date d'inscription : 05/04/2011



Fiche du Shinobi
Ryos: 140


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Sam 30 Avr - 9:11

    Lorsque Kato arrivait à Kumo avec les autres ninjas de Suna, il était extrêmement fatigué et souhaitait vraiment se reposer, ne serait-ce qu'une heure ou deux pour reprendre de l'aplomb. Bien sur, il ne dormira pas dans un endroit qu'il ne connait pas pour le moment et cherchait un lieu qui pourrait lui être plus familier comme le terrain d'entraînement par exemple. Il ne s'y est jamais rendu, pas même à Kumo jusqu'à aujourd'hui, mais le fait qu'il est espérait que le terrain d'entraînement soi à peu près semblable à celui de Suna lui redonnait espoir. Mais cela ne le dérangeait nullement de dormir dans un endroit inconnu, cela est juste pour qu'il dorme plus facilement et plus rapidement.

    Kato cherchait alors dès son arrivé au village de Kumo le terrain d'entraînement pour vite piquer un roupillon bien mériter. Les quelques jours passé en dehors du village lui semblait avoir été une éternité. Il savait plus si le fait qu'il n'est pas dormi la veille du départ lui serait fatal ou non, mais ce qu'il sait c'est qu'il aurait vraiment du dormir. Maintenant, il en payait le prix et en souffrait en perdant de son agilité ainsi que de sa vitesse. Kato endurait cela du mieux qu'il put en essayant de la cacher à ses camarades, néanmoins, certains arriverait s'en doute à voire au travers de son visage. Lorsqu'ils arrivaient en vue du village de Kumo, son visage montrait du soulagement et non sans raison. Cherchant rapidement le terrain d'entraînement, Kato se retrouva parfois devant des bains, des auberges ou encore des restaurants, mais rien qui ne l'intéressait. Il trouva alors le terrain d'entraînement après de laborieuse recherche à travers le village. L'endroit été différent de celui de Suna, mais il y avait comme une certaine nostalgie.

    Ne se faisant pas prier plus qu'il ne le faut, Kato se mit à l'ombre un peu à l'écart du terrain d'entraînement et et s'assit en fermant les yeux pour dormir. Le sommeil l'emporta rapidement sur lui et il dormit assez profondement, bien qu'un bruit assez violent peut toujours le réveiller. C'est d'ailleurs ce qu'il se passait lorsqu'il se réveilla une à deux heures après.

    Kato se leva difficilement, car encore en manque de sommeil, mais néanmoins, il était moins fatigué et plus en forme qu'avant à son grand bonheur. Voulant savoir qui l'avait réveillé, il aperçu des silhouettes sur le terrain d'entraînement en remarquant celle qui lui avait parlé avant leur départ du village de Suna. Se demandant ce qu'il faisait, bien qu'il avait une petite idée vu l'endroit où ils se trouvaient, Kato s'avança vers eux en écoutant d'une oreille attentive les paroles sortant de la bouche de la jeune femme.

    « Je suis Kiina, Chuunin de Suna spécialisée dans l’utilisation des techniques de Katon. Et vous ? »

    « Kiina de Suna ? Moi qui pensais ne jamais avoir la chance de te rencontrer, on dirait que c’est enfin fait, sachez que j’admire beaucoup ce que vous faites ! J’en oublie presque les politesses, je me présente, Kimary, genin du village de Suna. Je suis présente essentiellement en soutien pour ma part. »

    Kato se trouvant maintenant à vue d'oeil de Kiina et de Kimary, i lse présenta à son tour sans se soucier du fait de savoir si elle l'avait remarquer.

    - Pour ma part, je m'appelle Kato, gennin de Suna et j'utilise surtout le Taïjutsu bien que je suis spécialisé dans les techniques doton, enchanté de vous connaître.


Dernière édition par Oruku Kato le Lun 2 Mai - 20:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Genshi Kurusawa et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 198
Date d'inscription : 29/04/2011
Localisation : Kumo ~ Forêt



Fiche du Shinobi
Ryos: 120


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Lun 2 Mai - 13:56

On était enfin arrivé au village de Kumo, ce village ninja dont tout dépendait à présent. Le refuge même des forces les plus puissantes du monde shinobi, une alliance de grande force, mais avec qui ? Je n'avais pour le moment qu'aperçu des shinobis de Suna, mon village. Mais aussi deux kunoichis assez charmantes de Kumo. Rien d'autre, rien ni personne.

Je me détachais du groupe de ninja après avoir rempli la paperasse totalement inutile et avoir été pointé. J'étais partit vers l'arène d'entrainement pour y rejoindre Shanaru, un genin qui m'avait proposé un entrainement. J'avais naturellement accepté. Après cela, je marchais vers une fôret, un endroit où je voulais me reposer et me ressourcer. Je ne savais pas ce qui m'y attendait, d'ailleurs seul l'envie de découvrir nos alliés me poussait à faire demi-tour, mais je préférais passer par cette fôret, me reposer puis continuer ma route vers l'académie où l'on m'a attribuer une chambre. Il parait même que nous pourrons apprendre quatre jutsu de notre choix, j'ai déjà ma petite idée de quelles techniques j'allais choisir, espérant trouver un bon sensei. La marche fut rapide, j'entrais dans cette fôret qui me paraissait amicale, connue, j'avais l'impression d'y être déjà aller. C'est alors qu'une lumière blanche jaillit et je fus pris dans un retour en arrière.

Flashback :

Mais quoi ? Papa est partit ? Sans moi ? Mais nan Maman, c'est pas possible, il m'avait promi un entrainement au Taijutsu et au Kenjutsu.

Eleven Years After

Elle en fut désolé. Mais elle n'y pu rien, il était partit avec mon frère dans les plaines, sans m'attendre. J'étais desespéré, je jettais tout ce que je trouvais, livre en tout genre, parchemins ou même potions de soin, je jettais tout sans même faire attention s'il s'agissait de mes affaires ou non. Je prenais mon épée et sortais, mon père m'avait déjà dit maintes et maintes fois de ne pas sortir avant d'avoir terminer mon apprentissage, mais non. Je suis sortis, j'ai franchi la porte pour passer dans ce monde qui m'est encore inconnu. J'avais alors huit ans, c'est ici que j'ai fais la connaissance de Kin, mon chat. Enfin, mon chat qui ne vécu que deux jours chez moi, un félin au poil blanc. Il était lui aussi très jeune, il venait surement de naître. Je l'avais accueilli à bras ouverts chez moi, mais deux jours après nous n'en n'avions jamais plus eu de nouvelles. Ce jour là, j'ai aussi fait la rencontre des animaux que je voyais dans les livres, toutes ces bêtes sauvages qui vous mangent dès qu'un faux pas est exercer. Un lion particuliérement féroce était apparu, j'avais essayé de le frapper, mais tétanisé par la peur je ne pu rien. Je frappais dans le vide puis d'un malheureux geste mon épée tomba. Je me mis au sol, les larmes aux yeux puis pleurais en criant de toutes mes forces à l'aide, oui à l'aide, jusqu'à ce que le lion vint sur moi et que. Que mon père arriva, lui assèna un coup et qu'il tomba, mon frère ainé le frappa à son tour, le lion grogna puis partit. J'étais fasciné, oui, fasciné de ce qu'avaient réussi les membres de ma famille pour moi c'était un exploit, pour eux quelque chose de banal. Mon père me proposa de venir avec eux pour m'entrainer, je commencait alors l'apprentissage du Kenjutsu.

End of Flashback :

J'arrivait alors devant un homme d'une grande et imposante stature, il avait le bandeau du village de Kiri. Je le regardais, il manipulait des troncs d'arbres puis les détruisais grâce à, à son épée ! Un expert un Kenjutsu, yeah, j'ai trouvé ce qu'il me fallait, mais encore fallait-il qu'il ait du temps à m'accorder. Je le voyais manier son chakra et sa lame avec expertise puis, totalement fasciné je fit quelques pas vers celui-ci.

« Je suis Kiina, Chuunin de Suna spécialisée dans l’utilisation des techniques de Katon. Et vous ? »

Suna, elle aussi, la fille venant de sortir de la forêt se prénommait Kiina, elle possédait un bandeau du village et était au rang de Chuunin. Elle paraissait jeune, peut-être d'un an ou deux inférieur à moi, elle avait des cheveux roses. Je continuais à m'avancer vers eux, une seconde fille fit son apparition.

« Kiina de Suna ? Moi qui pensais ne jamais avoir la chance de te rencontrer, on dirait que c’est enfin fait, sachez que j’admire beaucoup ce que vous faites ! J’en oublie presque les politesses, je me présente, Kimary, genin du village de Suna. Je suis présente essentiellement en soutien pour ma part. »

Kimary, du même village que moi, du même grade. Elle paraissait plus jeune que moi, deux trois ans inférieur je pense. Elle était vêtu de noir et rouge tenue, rouge comme ses cheveux. Je fis un pas de plus pour les rejoindre mais cette fois, une autre personne arriva, du même village, il se prénommait Kaito, enfin c'est ce que j'en avais déduit.

" - Pour ma part, je m'appelle Kato, gennin de Suna et j'utilise surtout le Taïjutsu bien que je suis spécialisé dans les techniques doton, enchanté de vous connaître. "

Il avait des cheveux d'une couleur prune, il s'agissait lui aussi d'un genin, il semblait encore plus jeune que Kimary, trois quatre ans de moins que moi. Je fit quelques pas de plus, cette fois personne n'arriva, je les avait rejoins. Je décidais de me présenter, comme l'ensemble du groupe l'avait fait.

" Chalut', Genshi, membre du clan Kurusawa, Genin de Suna. Dix neuf ans de vie. Je suis utilisateur de l'affinité Suiton et souhaite approfondir mon apprentissage, en Kenjutsu si c'est possible. "

Je sortais mon épée et l'a mit à mes côtés, je posais ensuite mon sac sur le sol et serrait mon bandeau un peu plus fort, j'étais prêt, prêt à m’entraîner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Honoo no Rubicant et je suis un ninja.


avatar

Epéiste Légendaire



Messages : 145
Date d'inscription : 09/04/2011
Age : 29



Fiche du Shinobi
Ryos: 178


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Jeu 5 Mai - 20:10

La guerre s’annonce, le hurlement strident d’une chimère terrifiante qui jamais ne devrait être réveillée, qui jamais ne devrait être ainsi tirée de son sommeil car elle est de ces créatures terrifiantes qui n’ont pour but dans leur existence que de semer le chaos et la fin de toute une ère. Créature néfaste qui ne semble trouver son origine que dans le fin fond de notre imagination, cet être des plus terrifiants semble se parer d’une robe d’un noir de jais rappelant un ébène des plus macabres, une chute de tissue qui semble par endroit maculée de tâches encore plus sombres que la nuit elle-même et dont l’éclat vire au rubis ténébreux , tel une coupe de sang renversée sur l’autel de la fin… Derrière cette robe se dessine alors un visage des plus sordides aux yeux flamboyants, aux joues émaciées qui de par la nature semble bien proche de la Mort elle-même. Ainsi Guerre et Mort seraient-elles jumelles ? On pourrait très bien le croire tant le but de l’une peut se bien servir l’autre, comme si ces deux démones fantasques semblaient se mêler l’une à l’autre dans une valse cruelle et maléfique. L’une comme l’autre aussi semblent très bien s’acclimater à notre époque, car il n’est de créature plus stupide que l’humain , car si apte à jouer le jeu de ces deux fantasques tentatrices qui depuis la nuit des temps viennent embrumer notre cœur et notre esprit pour nous pousser alors à la sombre folie de notre décadence, vœu de grandeur et d’avidité qui nous pousse à engendre mort, dévastation et guerre afin d’asseoir un pouvoir sur l’autre qui ne nous revient pas forcement de droit. Ainsi depuis toujours, l’homme est amené à combattre parfois au nom d’idéaux qui semblent flatter son cœur et son égo par leur nature délicate et entraînante, mais qui pourtant ne parviennent pas à le pénétrer réellement car bien trop éloignées de ses préoccupations réelles, ces idéaux deviennent ainsi incompréhensibles pour lui sans qu’il ne s’en rende compte, ne faisant ainsi que suivre le courant de la guerre dessinée par la déité maléfique qui la représente. Mais il est des choses contre lesquels nous ne pouvons hélas réellement lutter, et ainsi c’est en humain que nous devons nous dresser et relever alors le défi lancer par un esprit supérieur afin de lutter pour notre survie, et en ressortir peut être plus grand et plus fort qu’avant, pouvant ainsi amener à témoigner des horreurs qui furent engendrées par ces guerres, mais aussi des liens et des forces qui furent établies entre mêmes humains, et ce afin d’œuvrer ensemble pour un monde meilleur où la guerre serait prise à son propre jeu, vaincue par ce qu’elle a elle même engendrée, condamnée à définitivement disparaître.

Ainsi il n’est nulle maux que l’humain ne peut réussir à combattre, car aussi maléfique puisse-t-il être, même si ce mal qui depuis sa création est partie intégrante de lui et la cause même de choses plus terribles les unes que les autres tel que la guerre elle-même, c’est ce même mal qui le conduira à sa survie, car peu importe le défi, l’orgueil, la volonté, l’avidité de l’homme, voir même parfois l’amour ou la bonté, le conduiront à se grandir et à vaincre les ténèbres qui tentent de l’engloutir. De ce fqit, lorsque nous autres humains sommes mis face à un adversaire des plus sombres et cruels, nous sommes tout aussi bien capable de faire preuve de bonté et de grandeur, mettant de côtés les ténèbres qui sont composantes même de notre existence et de notre espèce, et nous dressons contre le mal qui tente de nous faire chuter dans les abysses d’un enfer insoupçonnable, et même si nous sommes balayés, humiliés, massacrés, nous nous relevons encore et toujours, nous appuyant l’un contre l’autre pour ériger une barrière que nul mal ne pourra vaincre et traverser, puis ensemble nous marchons, peu importe notre animosité et nos à priori, et ensemble nous combattons contre ce qui nous semble infiniment plus dangereux et fort que nous.

C’est pourquoi peu importe la façon dont nous dressons une image du monde et de nos frères et sœurs humains, peu importe ö combien ils nous apparaissent comme laids et indignes de fouler de leurs pieds cette terre, une vision que j’ai tant le mal qui corrompt l’homme me fait parfois penser qu’il ne tend plus à grandir, mais à régresser, il me reste une parcelle d’espoir que tout change et qu’enfin, l’humain daigne ne plus se tremper dans la folie sombre qui le caractérise afin de finalement comprendre où est sa place, et que son orgueil trop pressé ne peut réellement le contenter. Je suis moi-même humain, et je partage donc leur défauts, mais contrairement à la majorité, je suis capable de les refreiner et de faire la part des choses. Je suis grand et puissant, je suis un seigneur enflammé qui a sublimé son espèce en évoluant, c’est la façon dont je me vois, et dont je suis réellement, car je suis un des rares à même de pouvoir raisonner et voir la vérité. Malgré tout, j’étais donc un être plus à même de pouvoir me prétendre supérieur, j’étais celui qui jugeais physiquement et spirituellement ses compères mortels, celui qui de part sa nature était bien supérieur à tout les autres et se devait d’attendre que ceux-ci grandissent pour pouvoir les regarder en égal, et ce quitte peut-être de part le contexte actuel, à les pousser moi-même à s’envoler en tentant de les aider du mieux que je pouvais afin qu’ils ne périssent pas inutilement et bêtement dans une guerre qui sonnerait le glas de vie qui pourraient être prometteuses.

Dans l’optique d’une telle guerre contre l’Akatsuki, il était du devoir de tout ninja de se préparer du mieux qu’il le pouvait à affronter un adversaire particulièrement dangereux qui a tout moment pouvait devenir la faucheuse drapée de glace et de ténèbres qui serait le bourreau qui trancherait le fil de la vie de nombreux ninjas. Il était ainsi primordial de s’entraîner, et de pouvoir ainsi du mieux que nous le pouvions améliorer nos aptitudes personnels en continuant à suivre même dans une période telle que celle-ci à nous entraîner. Mais une autre tâche nous incombait à nous autres les ninjas gradés, à savoir transmettre notre énergie, notre force et parfois nos connaissances aux prochaines générations afin de les aider à grandir et ainsi ne pas les voir s’éteindre trop prématurément à cause d’une stupide guerre engendrée par la folie perverse d’un seul homme qui était à la tête de l’organisation de la lune rouge. Ce type qui était le chef de cette attroupement de traîtres à leur espèce et communauté ne pouvait être qualifié même d’humain tant le mal qui rongeait son être était plus sombre encore que celui du dieu qui gouvernait au royaume des morts. Face à cette guerre qui s’annonçait, nous nous retrouvions tous dans le même bateau, face à cette vague maléfique qui menaçait de nous emporter, nous devions pourtant tous nous unir contre un fléau redoutable. C’est pourquoi même si je préférais ma solitude et m’entraîner seul, je savais que si un ninja venait vers moi pour tenter de suivre un entraînement en ma compagnie, il n’était pas de mon devoir de refuser, mais plutôt d’accepter. Je ne savais guère comment aider de jeunes ninjas à s’entraîner, et c’était probablement quelque chose qui m’énervait au plus haut point en un tel moment, mais au fond de moi, même si je me sentais acculé par une telle perspective, je savais que j’allais aider de jeunes pousse à grandir et à suivre leur évolution vers la grandeur, aider des pousses à devenir des arbres.

Je ne désirais guère d’ailleurs que mon solitaire entraînement soit trop vite perturbé, mais hélas on remarque souvent que lorsque l’on ne désire guère une chose, elle à tendance à vite se produire, à notre grand désarroi. Ainsi, à peine avais-je fait tomber un second tronc en propulsant une boule de feu incandescente à l’aide de mon épée, créant ainsi un puissant souffle qui avait fait trembler la cape qui me couvrait le dos mais qui ne couvrait nullement mon torse nue, je faillis sursauter lorsqu’une voix s’éleva au loin. Une intonation claire et un brin fluet, la voix qui venait de s’élever était féminine, et le parler de la dame n’avait rien du bien distingué, et était même un brin trop familier à mon humble goût… Je tournais la tête vers la direction dans laquelle provenait cette voix qui venait de troubler ma solitude salutaire. Je vis alors une silhouette émerger de l’endroit où j’étais allé ramasser quelques troncs d’arbres pour mon entraînement à l’épée, à savoir à une vingtaine de mètre du cercle que j’avais tracé. Frappant sa tenue par moment comme pour tenter de la dépoussiérer, elle avançait d’un pas que je devinais mal assuré, une chose à laquelle je m’étais habitué, il était tout à fait normal d’être impressionné par un être tel que moi, après tout, j’étais un humain particulièrement au dessus des autres. J’avais aussi pris l’habitude de devoir baisser mes yeux face à un quelconque interlocuteur, devant toujours regarder de hauts les autres personnes que je côtoyais, ce qui renforçait en moi cette étrange mais véridique sensation de supériorité. Ce qui me frappa toutefois chez elle lorsqu’elle se fut approcher c’était la couleur assez peu banale de ses cheveux, d’un rose pur, une couleur étrange qui était assez tape à l’œil et qui devait guère être utile en mission d’infiltration tant elle attirait l’œil, mais je n’étais hélas bien peu digne de critiquer ce point là, car ma propre tenue d’un rouge flamboyant n’avait rien de bien discret, ce qui additionner à ma taille de géant et à ma divine musculature me rendait plus tape à l’œil qu’un panneau fluo avec écrit dessus « regardez-moi ». Lorsqu’elle se planta face à moi, relevant sa petite tête, elle planta ses yeux d’azur délicat dans mes propres yeux d’or, comme si elle essayait de sonder mon esprit… Une action à laquelle je restais alors complètement indiffèrent… Je pus remarquer sur elle alors un bandeau dont le motif symbolisait le village de Suna. Il était donc normal qu’elle s’approche ainsi de moi sans animosité ou crainte aucune, elle ne me connaissait pas du tout, ce qui était déjà un bon point pour elle, car je n’aimais guère le regard que je me jetaient des fois mes propres alliés de Kiri. Des idiots qui me voyaient un peu comme l’ermite étrange du village, des idiots que je ne voyais d’ailleurs guère plus important que des lombrics gluants que j’écrasais avec ma semelle. Elle finit par reprendre une nouvelle fois la parole, pour affirmer une chose qui m’avait traversé l’esprit lorsque je l’avais vue surgir, elle était effectivement bien en train de m’espionner et de m’observer à l’abri des fourrés depuis probablement déjà un certains temps, et je m’en voulais énormément de ne pas avoir pu sentir sa présence, ce qui représentait un manque inqualifiable de prudence que j’avais eu… Dans cette tirade elle alla jusqu’à affirmer qu’elle était impressionnée. Sur le coup je commençais à me demander si elle se referait à mon apparence de colosse qui ne passait pas inaperçue, ou simplement à mon petit enchaînement avec l’aide de mon épée… Si c’était la seconde option, il n’y avait pourtant rien de bien incroyable, même si j’avouais qu’il était évident qu’une personne de ma mesure était impressionnante en tout point. Un sourire amical et doux se dessina sur son visage délicat de jeune fille, un sourire sans animosité aucune, ce qui était particulièrement rare à mon encontre, j’étais bien peu habitué à ce genre de situation, car moi-même je n’étais que bien peu adepte des sourires, puis elle tendis une main étrangement petite, comme pour me saluer… Bien étrange situation que j’avais là. Toutefois, peu importe ce qui allait en résulter, mon sens de la politesse m’obligeait de façon appropriée. Elle reprit rapidement la parole afin de se présenter, et aussi de montrer sa spécialisation ninja, ce qui induisait clairement qu’elle voulait en entraînement avec moi… Je savais que cela allait venir, et je me retenais alors de pousser un profond soupir, cherchant à rester impassible… Toutefois j’avouais qu’il m’étais bien plus agréable de penser que l’entraînement se ferait avec une personne agréable et sans animosité plutôt qu’un de ces ninjas qui faisait la majorité dans Kiri, et qui ne pouvait s’approcher de moi sans me considérer comme une bête de foire. Aussi lui tendis-je une de mes mains larges et serra la sienne qui tenait toute entière sans problème dans la mienne. Un léger sourire apparut sur mon propre visage, et alors que je m’apprêtais à répondre, une autre voix résonna au loin. Je lâchais la main de la jeune Kiina, nom qu’elle avait présenté, et portais alors mon attention sur la nouvelle arrivante, car la voix qui venait de s’élever était encore une fois d’origine féminine. Elle ne fut guère difficile à trouver d’ailleurs, car contrairement à la précédente, elle ne s’était nullement cachée. Si la première affichait une apparence neutre et fine, celle qui se présentait à présent à mes yeux était probablement l’inverse total tant la façon dont elle s’exprimait et avançait semblait être fait pour attirer immédiatement l’attention. Elle était servie par un physique avantageux, et je commençais à me dire qu’elle devait bien en profiter, mais ceci ne lui serait d’aucune utilité face à un ninja de la lune rouge. Toutefois, tentant pour une fois de ne pas m’arrêter sur la première impression, je dus reconnaître qu’elle avait de beaux cheveux d’un rouge flamboyant, parfois orangé, une couleur parfaite car semblable à celle du plus grand des éléments, le feu, celui qui décide de la mort et de la vie sur cette terre. Contrairement à Kiina qui possédait des yeux d’un azur profond et véritable, celle-ci possédait aussi une couleur d’yeux bien peu naturelle et commune, des yeux d’un violet étrange d’ailleurs… Ce qui renforçait dans mon esprit cette impression tapageuse qu’elle essayait peut être involontairement de faire véhiculer. Mais là encore je ne devrais nullement juger, car mes yeux d’or étaient tout aussi bien peu courants. Ses paroles avaient toutefois un point en commun avec Kiina, elles étaient directes, ce qui pouvait se révéler être une bonne qualité dans certains circonstances. Si j’aimais entendre des paroles sages et alambiquées lorsqu’elles venaient de personnes pleines de sagesses et de pureté, je ne les aimais guères lorsqu’elles étaient utilisées de façons viles et sales par des démons impurs… Aussi, j’en étais venu à préférer à entendre de façon générale des paroles directes, sans détour, ce qui était une vraie preuve de franchise et de décision. Toutefois je m’empêchais alors de répondre à son étonnement devant un homme s’entraînant, car il était évident que si nous étions dans un endroit comme celui-ci, ce n’était point pour tailler la parlotte devant une tasse de thé. Elle se tourna ensuite vers Kiina afin de lui parler rapidement, et je déduis à ses paroles qu’elle était de Suna, et cela se confirma lorsqu’elle se présenta sous le nom de Kimary, genin de Suna. Ainsi j’avais attiré une chuunin et une genin du même village, je devais être un véritable aimant à ninjas du village caché du sable ma parole… Je remarquais alors du coin de l’œil qu’une 3ème personne s’était approchée de nous, un homme cette fois, qui lui aussi arborait un bandeau du village de Suna, et qui était derrière les deux jeunes femmes qui l’avaient point aperçus. En voila encore un qui n’allait pas par quarante chemins pour s’exprimer, car de ses seules paroles qui furent proférés, je pus très facilement comprendre qu’il venait de s’approcher pour un entraînement. Il se nommait Kato, un autre genin du village caché du vent. Puis une autre personne s’avança à son tour, se présentant immédiatement comme un genin de Suna, et présentant son affinité de l’eau et son désir d’améliorer son kenjutsu, je compris que lui aussi demandais explicitement un entraînement.

Je poussais alors un puissant soupir, je savais que j’allais devoir entraîner des ninjas du fait de la situation actuelle, mais je ne m’attendais nullement à devoir m’occuper de tant de personnes d’un seul coup, et surtout que toutes viennent du même village. Je commençais à me sentir mal à l’aise même si je le cachais, car je ne pouvais refuser, et que pourtant je n’avais jamais entraîné la moindre personne, aussi je commençais à me demander ce que je pouvais vraiment faire pour eux dans cette circonstance. Je me mis alors dos à eux et soulevais mon arme, ma seule compagne pour l’appuyer lame contre mon épaule, sentant une des dents de scie de l’épée s’enfonçant légèrement dans ma peau sans pour autant la transpercer, puis je me retournais face à eux, les jaugeant un à un du regard, puis je me décidais enfin à prendre la parole :

- Hum… Je savais que j’allais devoir entraîner des ninjas, mais je ne me serais jamais attendu à devoir m’occuper d’autant de personnes à la fois… Vous vous êtes présentés, donc à mon tour de décliner mon identité. Je suis Rubicant du clan Honoo no du village de Kiri, et je suis un des è épéistes d’élite qui y résident. Mes propres compétences sont surtout basée sur l’art du feu, le katon, et j’ai quelques connaissances dans l’art du corps à corps pur, le taijutsu, et du kenjutsu. Je peux aussi utiliser le vent, mais cela ne reste pas ma spécialité première. Vous semblez vouloir donc vouloir un entraînement avec moi, toutefois je ne connais nullement vos capacités, car de simples mots ne peuvent être représentatif de la réalité. Faisons simple. Si vous voulez un entraînement, attaquez moi tous ensemble que je jauge réellement vos capacités, un échange court et rapide, rien de plus… Suite à cela si vous en avez toujours envie, je vous enseignerai un peu de mes propres capacités.

Ne laissant nulle place à une réplique quelconque, je m’éloignais d’eux et tendis mon épée face à moi avant de m’adresser de nouveau à eux, à une vingtaine de mètre de distance :

- Très bien, je vous attends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kiina et je suis un ninja.


avatar

Chunnin de Suna



Messages : 393
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 24
Localisation : se ballade dans les ruelles de Suna.



Fiche du Shinobi
Ryos: 150


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Ven 6 Mai - 23:24

Ses yeux d’or m’attiraient de manière étrange. Leur couleur spéciale me perturba certes mais je ne m’attardais pas sur ce détail, après tout avec ma chevelure bonbon je n’avais pas à la ramener sur les bizarreries de notre monde. Non, je trouvais juste qu’une lueur de maturité brillait dans ces orbites étincelantes. Cette lueur que j’avais décelée après un moment d’inspection m’inspirait le respect face à ce colosse de Kiri, enfin c’était ce que m’avait révélé son bandeau de ninja ça. Il avait accepté ma main au bout de quelques minutes, sa patte empoignant la mienne toute entière. Il y avait une énorme différence de corpulence entre cet homme et moi, ne serait-ce qu’au niveau de nos mains d’ailleurs. Cependant sa main était chaude et douce, il était on ne peut plus humain. Non pas que je m’étais demandé si je m’étais adressée à un alien, juste que son imposante musculature m’avait vraiment décontenancée. Ainsi j’avais la preuve que cet homme serait un de mes éventuels alliés dans cette guerre contre la lune rouge. J’eus un pincement au cœur à l’idée que la prochaine fois que je me battrais, ce serait sans doute contre Soft Fury, cet homme étrange que j’avais rencontré lors de ma mission à Konoha. Il m’avait l’air si gentil que je n’arrivais pas à m’imaginer ce combat qui serait sans doute le mien dans les prochains jours avenirs. Cependant le colosse de Kiri me sortit de ma tourmente en esquissant un bref sourire, que j’avais néanmoins intercepté au premier coup d’œil. Cela m’avait fait un baume au cœur, il était rare que les gens à Suna acceptent de me saluer. Par contre je ne savais pas si c’était de la timidité ou de la solitude que je sentais émaner de lui, mais il m’était apparu aussi clairement que de l’eau de roche que cet homme était fréquemment seul. J’aurais voulu savoir si mes questions obtiendraient une réponse, mais alors qu’il allait répondre à mon salut, j’ouï une voix féminine émaner de ma gauche.

Je tournais la tête vers la jeune femme qui s’avançait vers nous. Je pris peur au simple fait de la voir, non pas que je la connaissais personnellement, mais je savais au moins une chose : c’était une Sunajin. Un frisson me parcourut l’échine et je lâchais en même temps la main si chaude et rassurante du Kirijin que j’avais accosté. J’avais reconnu sa chevelure d’un rouge profond qui tombait en cascade derrière son dos. Je savais que c’était une Gennin de Suna, l’ayant aperçue deux ou trois fois en ville avant mon départ mais je ne savais rien sur elle hormis cela. De plus je la jalousais, elle avait certes une couleur étrange de cheveux et d’yeux, mais je ressemblais plus à un phénomène de foire qu’elle déjà. Une pointe de jalousie était née surtout car cela crevait les yeux que la nature l’avait gâtée au niveau de ses formes, même le Kirijin l’avait reluquée à ce que j’avais pu observer du coin de l’œil. Ce qui, il faut bien l’avouer m’irrita un tantinet. Je la fusillais presque du regard lorsqu’elle m’ignora pour faire des éloges à mon voisin. Il était certain que sa démonstration n’avait pas dû passée inaperçue vu le bruit que ça avait fait… J’eus un sursaut lorsqu’elle pointa son regard de velours sur moi. Ce qu’elle me dit ensuite me sembla presqu’incohérent pour être vrai, à moins que je me sois évanoui en tombant en larmes tout à l’heure ? Je ne voyais pas en quoi une Sunajin était chanceuse de faire ma rencontre et encore moins ce qu’il y avait d’admirable dans le fait d’utiliser surtout des techniques de Katon. Cependant cette Kimary m’amusait. Je me détendis, ses paroles comme sa manière de s’adresser à moi n’avaient aucune animosité. Même si elle savait pour mon passé, elle le cachait bien, ou sinon cela ne la dérangeait pas. Je lui souris alors aimablement, rougissant un peu d’avoir cru des choses complétements infondées sur elle, juste parce qu’elle était de Suna.


« Ah euh, enchantée de te connaître. »



Des bruits de pas attirèrent ensuite mon attention. Un garçon, qui lui aussi était de Suna à mon grand malheur. Décidemment la poisse était avec moi aujourd’hui pour que ce garçon et ses actes n’attirent que mes compagnons d’armes. Je me sermonnais moralement de n’avoir pas eu une coupe de cheveux plus discrète, alors que je remarquais que le garçon en question ne m’était pas inconnu. Je l’avais en effet rencontré lors d’un entrainement que le maître Kazekage et la princesse Temari avaient organisé pour évaluer le niveau des Sunajin. Sa chevelure violacée était tout aussi étrange que la mienne couleur barbe à papa, ce qui faisait que j’étais sensiblement affectée par notre bizarrerie. Du coup lorsqu’il se présenta aux deux autres, je lui souris gentiment, signe d’affection pour moi qui espérait m’en faire éventuellement un ami. Oruku Kato faisait donc partie de notre joyeuse bande de Sunajins attirés par un Kirijin qui semblait apparemment de plus en plus tendu par le nombre de personnes qui l’entourait. Du moins c’était ce que j’avais cru remarqué, après j’avais peut-être tort. Je n’avais jamais dit que je détenais toutes les vérités du monde après tout. Trop déconcentrée par l’apparition de Kato, j’eus un sursaut en entendant une voix dans mon dos. Encore un garçon, encore un Sunajin à ce que j’avais pu lire sur son bandeau. Décidemment ce n’était pas mon jour aujourd’hui. Enfin, j’étais surtout perturbée par le fait que ce garçon aux cheveux en pétard était arrivé par la forêt, tout comme moi, et que je n’avais pas remarqué sa présence. Enfin, j’avais eu une excellente raison d’être déconcentrée étant donné le Kirijin qui avait détruit 2 troncs 10 fois plus gros que moi et ce sans aucun problème. Il se présenta rapidement, mais plus que nous autres en ajoutant son âge. Ainsi il était plus âgé que moi et était encore Gennin ? Ça me semblait étrange mais je ne m’attardais pas sur ce détail. Je retins juste qu’il s’appelait Genshi Kurusawa et qu’il avait une épée, tout comme le Kirijin.

Le profond soupir que poussa le Kirijin me tira de l’observation de ce dernier Sunajin en me faisant une nouvelle fois sursauter. Décidemment tant de gens à mes côtés, ce n’était pas bon pour mon cœur… Me retournant vers la raison de ma présence ici, j’eus le loisir d’observer ses muscles en action alors qu’il soulevait son imposante épée pour en appuyer la lame sur son épaule. Il se retourna face à nous et se lança dans une longue tirade que j’écoutais avec la plus grande attention qui soit, buvant littéralement ses paroles. Ainsi c’était un des épéistes de Kiri, tout s’expliquait donc, évidemment je ne le voyais pas non plus m’annoncer qu’il était de grade Gennin. Enfin, ce grade émérite m’impressionna tout de même. Les épéistes de Kiri ne couraient pas les rues, j’avais une chance mémorable d’en rencontrer un et qu’en plus il semble d’accord pour s’entrainer avec moi. Je lui souris tendrement en découvrant qu’il maîtrisait également les techniques de Katon, avec un peu de chance il m’enseignerait une nouvelle technique dans ma spécialité. Il énuméra d’autres techniques qu’il maîtrisait déjà moins et donc auxquelles je prêtais moins d’attention. Il eut sans doute le loisir de lire la surprise ainsi que l’incompréhension sur mon visage lorsqu’il précisa que pour juger de nos compétences, il voulait que nous l’attaquions tous en même temps. Cela me semblait insensé. Certes il n’avait que des Gennin et une unique Chûnin face à lui mais quand même, nous étions néanmoins quatre contre un, ce qui ‘était loin d’être fair play ! Mais cette notion ne sembla pas l’inquiétait le moins du monde. Je me demandais s’il était vraiment sérieux, mais à en juger par la lassitude sur son visage ce devait être le cas. Cependant je ne voulais pas de ces combats où il n’y avait aucune justice. D’accord à l’avenir nous aurons sans doute droit à un match sans foi ni loi contre les membres de l’Akatsuki, mais nous n’en étions pas encore là aux dernières nouvelles ! Convaincue que ma pensée pacifiste le raisonnerait, je m’avançais vers lui avec un air affolé face à l’irrationalité de sa demande.


« Quoi ? A quatre contre un ? Vous êtes sûr ?... »



Mais il ne me répondit pas. Il ignora simplement mon inquiétude pour sa santé, comme s’il n’avait même pas entendu que je parlais. Il s’éloigna beaucoup de nous, à une vingtaine de mètres de distance environ. Il se retourna vers nous et tendis son épée face à lui, signe qu’il était prêt à répliquer. Je soupirais à mon tour, déçue qu’il ne m’ait pas écouté. Enfin, j’osais espérer qu’il s’en tirerait sans égratignure. Je m’avançais de quelques pas, tentant de me concentrer sur mon ennemi d’entrainement. Il avait mentionné être un des fameux épéistes de Kiri, alors il valait mieux ne pas y aller de main morte si on voulait avoir une chance ne serait-ce que de l’égratigner. Mon cœur battait à cent à l’heure à l’idée d’un entrainement face à quelqu’un d’aussi fort, je ne voulais en aucun cas le décevoir d’avoir accepté de nous entrainer. Prenant une profonde inspiration, je tâchais de repérer l’emplacement précis de mon ennemi grâce à sa jauge de chakra, bien plus élevée que nous tous réunis. Sa puissance me fit un instant douter sur l’influence de mes attaques sur lui mais je secouais rapidement la tête de gauche à droite : si le doute m’atteignait, c’en était fini de moi. Une expression de détermination fit son apparition sur mon visage alors que je prononçais mentalement l’incantation du « Katon ». Quelques signes de mains, brefs et rapides suivirent l’incantation et en un quart de seconde la technique fut opérationnelle. Plaçant deux doigts sur le côté de mes lèvres je relâchais tout l’air que j’avais inspiré le plus fort possible en un « Kasumi Enbu no Jutsu ». S’en suivit l’apparition d’un énorme nuage de suie noire qui, grâce aux vents régnant en maître sur le village de Kumo, se propagea en un immense brouillard avec une vitesse fulgurante. L’environnement était avec moi, alors pourquoi devrais-je douter de mes capacités ? Un petit sourire apparut sur mon visage avant que je me lance dans le nuage de suie, tête la première. Dans un tel endroit, je ne devais me fier qu’à mon instinct, et heureusement pour moi il ne m’avait jamais déçue. Je savais que lui comme moi aurions l’avantage dans une telle purée de pois, mais il fallait que je tente le tout pour le tout. Après tout avec son grade, ce Honoo no Rubicant ne devait pas se prendre pour plus faible qu’il n’était et aurait de ce fait tendance à se sentir surpuissant : il ne dépendait que de moi de le faire redescendre sur terre. Pour lui rendre la tâche plus ardue à me repérer, j’effectuais des mouvements aléatoires mais faisait en sorte de toujours m’approcher vers lui : gauche, droite, saut en diagonale… Tout était bon pour semer le doute dans son esprit.

Quelques minutes s’écoulèrent donc ainsi, parfois je repartais en arrière, parce que je me disais que je n’avais pas encore assez de concentration pour tenter une attaque de front. Il fallait que j’utilise la plus puissante de mes attaques de Katon face à lui, c’était ma seule chance de l’atteindre, ou du moins osais-je l’espérer. Il n’y avait qu’une technique de niveau assez élevée et assez puissante pour le toucher. Reprenant une seconde inspiration, je sautais sur un des troncs que Rubicant avait précédemment placé sur le terrain d’entrainement et m’en servait de tremplin. Je pris donc appui dessus pour me propulser vers l’épéiste musclé. Je le visualisais toujours mentalement et j’approchais rapidement de lui. J’effectuais alors de nouveaux signes de mains, tout aussi rapides et précis que les autres avant de pousser un souffle puissant juste devant moi, alors que je commençais à apercevoir la cape rouge cerise de l’épéiste. Un « Karyuudan » surpuissant émana de ma bouche et fonçait à une vitesse démesurée vers l’épéiste. L’enfer de feu provoqué par la déflagration qui avait été multiplié par la purée de pois de suie autour de nous atteint en moins de deux secondes Rubicant. Je l’avais touché, maintenant restait à voir si la technique allait l’affaiblir. Je m’immobilisais à cinq mètres de lui, reprenant ma respiration comme je le pouvais. Il faisait chaud autour de moi et c’était tout à fait normal vu le déluge de feu qui avait atteint ma cible. Maintenant, je me demandais surtout si cette petite démonstration de mon niveau l’avait épaté, ou s’il était déçu. Ce dernier cas m’aurait rudement blessée si cela avait été avéré…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kimary et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 21
Date d'inscription : 20/04/2011



Fiche du Shinobi
Ryos: 190


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Dim 8 Mai - 20:49

Le premier possédait des yeux de couleur or, quelque chose de très rare sans nul doute pendant que Kiina elle, possédait des yeux de couleur rose, pas très courant non plus. Et moi alors ? Des cheveux rouges et des yeux violets, je suis encore moins courante que les deux réuni. Mon intervention avait l’air de déranger les deux jeunes gens qui me semblaient parti pour une grande discutions et cela j’en suis navré mais je n’allais tout de même pas louper un tel moment. Kiina que tout le monde connais à Suna et que malheureusement tout le monde évite comme la peste, si seulement j’avais le pouvoir de changer les choses, peut-être qu’elle aurait une vie plus agréable aujourd’hui. Et le garçon de Kiri, pas de mot pour le décrire tellement il m’a l’air unique, en tout cas je ne pense pas que l’on soit là par hasard tout les trois, c’est sans nul doute le destin qui nous as rassemblé ici aujourd’hui. En ce qui concerne Kiina, elle m’adressait un léger sourire après m’avoir écouté. Aussi rapidement je lui en fis un en retour, après tout, ça ne me coute rien. A en croire ce qu’elle vient de me dire, sois elle n’a pas totalement compris à quoi je faisais référence lors de mes derniers mots sois elle ne s’attendait pas du tout à quelque chose de la sorte. Peut-être qu’elle me voyais plus dire quelque chose laissant penser que j’étais déçu de la voir ou je ne sais quelle autre possibilité, en même temps, cela est totalement compréhensible vu ce qu’elle dois endurer chaque jour.

Par la suite, des bruits de pas me firent me retourner, un garçon débarquait désormais. Un jeune homme du village du sable tout comme Kiina et moi d’ailleurs. Il se présenta sous le nom de Kato, tout comme moi il n’est que simple genin. Ses cheveux de couleur violette ne lui permettent clairement pas de passer inaperçu, mais je ne pense pas que j’ai à me plaindre de cela encore une fois. D’après ses dires, il utilise le Taijutsu et le Doton, l’affinité de la terre. Voila quelque chose que je n’avais pas encore vu à l’action. J’en ai souvent entendu parler mais je ne l’ai jamais vu à l’action encore, je suis curieuse de savoir à quoi cela peux bien ressembler. J’espère avoir le droit à une petite démonstration dans la journée en cours.

Alors que je pensais que tout cela serais fini, voila un nouveau jeune homme faisant son apparition derrière moi. Genshi Kurusawa, genin de Suna lui aussi. Et bien dites-moi, ce ninja de Kiri serait-il un aimant à Sunajins ? Sur son visage on pouvait lire à certain moment un certain mal mais il le cachait plutôt bien. En même temps, qui serais en pleine forme après avoir attiré quatre ninjas d’un village différent du siens ? En ce qui concerne Genshi, il avait beaucoup moins de caractéristiques propre que nous autre, il me semblait un peu comme n’importe quel autre habitant des villages ninjas, simple. Il portait avec lui une épée beaucoup plus petite que celle du Kirijin et maitrisais le Suiton. Apparemment il souhaitait un entrainement avec le Kirijin pour améliorer son maniement de l’épée, cela est tout à son honneur d’ailleurs.

Alors que je m’attendais à voir un nouveau ninja débarquer, c’est le principal intéressé qui pris la parole. Ainsi donc ce ninja de Kiri se nomme Rubicant, drôle de prénom tout de même vous ne trouvez pas ? En ce qui concerne son talent et sa puissance, je comprends tout de suite mieux, après tout il fait parti des épéistes d’élite du village Kiri. Village connu pour ses nombreux épéistes tous plus puissants les uns que les autres. Tout le monde connait Kisame Hoshigaki par exemple, ancien épéiste de Kiri. Si tous sont aussi puissants, on comprend leurs puissances. Lui est doué en katon, un point qu’il a en commun avec Kiina, et en Kenjutsu, point commun avec Genshi. Il se débrouille plus ou moins en Taijutsu ce qui pourrait aider Kato, et connais les bases du Fuuton, serait-il apte à m’aider ? Une chose est sure, ce n’est apparemment pas lui qui m’aidera à développer de nouvelles techniques de Genjutsu mais passons outre ce petit détail, la question n’est pas là. Puis Rubicant eu plus ou moins une bonne idée. Il souhaiterait donc tester nos capacités durant un combat en 4 contre 1, comme le dis Kiina, ce n’est pas très sérieux de sa part, on est bien armé nous quand même. On a un peu de chaque élément. Pour lui ce n’est qu’un test afin de nous jauger, pas bête l’animal ! Il fit rapidement un recul et pris son épée entre ses deux mains, était il prêt à nous foncer dessus ? A passer à l’attaque le premier ? Aussitôt je fis moi aussi un recul asses important et fut aussitôt surprise de voir que l’initiative fut prise par Kiina. Elle laissait apparaitre un épais brouillard dans lequel il restait impossible de voir quoi que ce sois, bravo le travail d’équipe, comment pourrais-je l’aider désormais ? Surtout qu’en nous unissant nous auront plus de chance. Je peux associer mon Fuuton au Katon de Kiina ou au Suiton de Genshi, cela rendrais nos attaques un poil plus puissante déjà. En ce qui concerne l’état actuel du terrain, je ne peux pas voir, Rubicant est peut-être autant gêné que moi malgré que je n’y crois pas trop. Je profitais de cet instant pour faire quelque mudras et murmurer à voix plus que basse histoire de ne pas être démasquée tout de suite.

« Kasumi Juusha no Jutsu »

Rapidement une vingtaines de clones firent irruptions sur le terrain. Oups, où est la vrai maintenant ? Le plus marrant avec ces clones, c’est que pour les faire disparaitre il faut m’atteindre moi, mais comme je suis loin d’être bête, je me positionne toujours à un endroit stratégique pour ne pas être trouvé trop vite et avec un peu de chance me retrouver avec plus d’une centaine de clones rapidement puisque dès que l’on en détruit un, il se dédouble. La technique parfaite pour déstabiliser rapidement un adversaire, mais vu le niveau de Rubicant, je doute que cela puisse réellement fonctionner.

Quel ennuie ce brouillard, je ne suis pas capable de faire quoi que ce sois, pire encore Kiina s’est rendu à l’intérieur afin d’y affronter Rubicant, je ne peux donc pas lancer la moindre attaque, que faire ? Comment réussir quoi que ce sois dans ces conditions ? Mère m’aurais dit si tes yeux ne voient pas, sers toi de tes oreilles. C’est tellement plus facile à dire qu’à faire. Je reculais une fois de plus histoire d’avoir un espace suffisant entre le nuage noir et moi pour prévoir une possibilité d’esquive en cas d’attaque de Rubicant. Bien sur, je me dissimulais le mieux possible au milieu de mes clones puis je fermais les yeux pour savoir si je peux distinguer les mouvements. Rapidement, un petit bruit de déplacement vu la légèreté du déplacement, c’étais très certainement Kiina, à moi de jouer dans ce cas. Quelques mudras et devant ma bouche je concentrais une petite quantité de chakra de mon affinité du vent. « Dagan no jutsu !» Cette petite boule se dirigeait très rapidement en direction du nuage. Deux possibilité, je touche Rubicant ou je fais un grand raté, mais qui sais, étant une boule de chakra et avec l’affinité du vent, peut-être pourrait-elle réussir à dispersé une partie du brouillard ce qui aiderais peut-être nos deux acolytes, nous verrons bien après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-no-seken.forumactif.org/


Je m'appelle Oruku Kato et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 17
Date d'inscription : 05/04/2011



Fiche du Shinobi
Ryos: 140


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Mar 10 Mai - 21:28

    Kato s'était présenté du mieux qu'il pouvait devant toutes ses personnes et dont la plupart venait tous de Suna, hormis le plus costaud d'eux tous. Celui-ci ne venait apparemment pas de Suna et prit la parole juste après qu'un jeune homme, pas plus âgé que lui vienne les rejoindre ou tout du moins d'après ce qu'il avait pu voir et de ce qu'il avait entendu. Maintenant que tout le monde s'était présenté, peut-être pourrait-il savoir qu'elle est la raison pour laquelle on l'avait dérangé dans son sommeil réparateur. Kato ne voulait pas demander cela pour ne pas paraître grossier, mais à qui la faute aussi. A lui et à lui seul, il devait donc continuer jusqu'à ce que la journée passe. Et bien qu'il soit un peu moins fatigué, la fatigue de ses derniers jours s'étaient accumulé le mettant presque en étant de fatigue prolongée.

    La personne qui ne semblait pas venir du village de Suna avait tout juste fini de se présenter. Il venait de Kiri, ce qu'il expliquait la raison pour laquelle son visage ne lui disait rien du tout. Mais ses mots ne s'arrêtèrent pas là. En effet, Rubicant comme il venait juste de ce nommer, continua de parler en leur expliquant qu'il devait les entraîner au combat. Kato avait entendu ce qu'il voulait entendre sans poser la question ce qui le soulageait un peu, bien qu'il se reprit vite. En effet, l'entraînement qu'ils allaient avoir risque de lui saper toute son énergie qu'il lui reste, mais bon un entraînement avec plusieurs personnes ne pourrait nullement lui faire du mal.

    Kato recula de quelques pas laissant le soin à quelqu'un d'autre que lui de lancer l'offensive. Ce fut Kiina qui chargea la première en effectuant un brouillard, empêchant quiconque de voir où se trouve l'adversaire.

    ** Bien ennuyant cette fumée.**

    Et cela n'était peu dire, il ne pouvait rien discerner à l'intérieur de la brume, sauf des bruits. Le jeune Oruku ne tarda pas à rappliquer sans regarder autour de lui. Il se fier uniquement aux bruits qu'il pouvait entendre à l'intérieur bien que faible soit l'Echo.

    Faisant quelques signes des mains, Kato utilisa pas une, mais deux techniques de Taïjutsu afin de faire quelques préparatifs. Konoha senpuu suivit de Shougekishou qu'il effectua sur le sol juste devant lui. Grâce à cela, il avait de toutes petites pierres qu'il prit en main et qu'il lança par rafale là où il entendait certains bruits. Ce qu'il espérait? Qu'il ne touche pas l'un de ses compères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Genshi Kurusawa et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 198
Date d'inscription : 29/04/2011
Localisation : Kumo ~ Forêt



Fiche du Shinobi
Ryos: 120


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Jeu 12 Mai - 19:48

" Chalut', Genshi, membre du clan Kurusawa, Genin de Suna. Dix neuf ans de vie. Je suis utilisateur de l'affinité Suiton et souhaite approfondir mon apprentissage, en Kenjutsu si c'est possible. "

Bref, fallait bien se lancer hein. J'ai jamais été très fort dans les longs discours alors j'ai fait court. De toute façon j'suis pas là pour faire ami-ami juste pour m'entraîner. Je regarde alors l'homme de Kiri, il était donc épeiste, je l'avais su dans son long discours. Tss ... Il se débrouillait plutôt bien dans ce genre de chose.

- Hum… Je savais que j’allais devoir entraîner des ninjas, mais je ne me serais jamais attendu à devoir m’occuper d’autant de personnes à la fois… Vous vous êtes présentés, donc à mon tour de décliner mon identité. Je suis Rubicant du clan Honoo no du village de Kiri, et je suis un des è épéistes d’élite qui y résident. Mes propres compétences sont surtout basée sur l’art du feu, le katon, et j’ai quelques connaissances dans l’art du corps à corps pur, le taijutsu, et du kenjutsu. Je peux aussi utiliser le vent, mais cela ne reste pas ma spécialité première. Vous semblez vouloir donc vouloir un entraînement avec moi, toutefois je ne connais nullement vos capacités, car de simples mots ne peuvent être représentatif de la réalité. Faisons simple. Si vous voulez un entraînement, attaquez moi tous ensemble que je jauge réellement vos capacités, un échange court et rapide, rien de plus… Suite à cela si vous en avez toujours envie, je vous enseignerai un peu de mes propres capacités.

Ah ouai d'accord, aucun problème. Ca devrait le faire, l'un de nous devrait réussir à le toucher. Nous avions alors décider d'agir ensemble pour le bien de tous, pour la réussite de cette leçon. Nous ne nous étions pas concerté pour le savoir, non, c'est la phrase de Kiina qui nous l'a bien fait comprendre oui, celle où elle demandait si Honoo no Rubicant était bien sur de vouloir combattre à quatre contre un. Il ne lui avait même pas répondu, non même pas. Il avait l'air encore plus froid que moi, plus distant. C'est alors que la leçon commenca, oui, dès qu'il prononça ces cinq mots.

- Très bien, je vous attends.

Rayayaie mais quelle galère. Je pose mon épée au sol, elle ne va pas me servir pour le moment de plus je ne suis pas très habile épée en main. J'avais ma petite idée de ce que j'allais faire, j'allais foncé tête baissée. Non, loin de là. J'allais établir une stratégie comme toujours. Kiina la chuunin, lança la première une offensive. Elle fit le signe de l'affinité du feu puis s'élança rapidement vers l'épeiste. Un épée brouillard apparu *Eh m*rde, on fait comment pour voir maintenant ? Ah mais ca me donne une idée.* Je ne voyais plus rien, cela dura quatre minutes, quatre minutes qui peuvent paraitre rapide pour vous mais pour nous trois, inactifs dans cet entrainement, c'était long et interminable. C'est alors que j'entendis un Karyuudan, ca y est, elle avait attaquer. Puis ce fut au tour de Kimary, parfait c'était juste parfait. Elle avait fait ce qu'il fallait, elle avait crée des clones. Je souriais, ma stratégie allait pouvoir être mise en place. Elle lança alors une petite boule de vent de cet épais brouillard, mais juste perfect' ! Ensuite Kato, le représentant de la gente masculine, avec moi, n'avait pas beaucoup d'idée, il lança des cailloux, mais c'était assez ingenieux. Il détruisit plusieurs clones qui se dédoublèrent. Ce n'était plus vingt mais trente clones qui étaient présent. Ou plutôt trente et un si l'on compte Kimary. Maintenant, c'était à moi de jouer.

Tch, je malaxais mon chakra depuis le début de l'entrainement, tout ça pour ça. Tout ça pour ce coup. Je contournais l'épais brouillard tout en faisant plusieurs signes, je m'écriais alors Suiton, Mizuame Nabara. De la colle liquide jaillit de ma bouche, elle se fixa au sol. Ainsi aucune sortie n'était envisageable aucune, sauf une. Je l'emprentais, oui, je sautais aussi haut que je le pouvais. Je retombais alors dans ce brouillard, j'y voyais de plus en plus grâce à la boule de Fuuton de Kimary, je me décalais sur la gauche, l'esquivant. Je voyais ensuite deux ombres à ma gauche, je courais vers celles ci puis frappait du pied et échangais quelques coups de poings à l'épeiste. Je l'avais reconnu grâce à son imposante carrure. Je lui lançais ensuite une charge de l'épaule de droite, on appelle ca le Tokken. J'espére sincérement avoir réussi mon coup, sinon, on est dans de beaux draps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Honoo no Rubicant et je suis un ninja.


avatar

Epéiste Légendaire



Messages : 145
Date d'inscription : 09/04/2011
Age : 29



Fiche du Shinobi
Ryos: 178


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Mar 17 Mai - 0:40

La force est une de ces choses qui de par leur nature des plus abstraites sont les moins à mêmes d’être réellement comprise par notre petit esprit. Il est en effet bien difficile de s’imaginer réellement ce qu’elle est car à nos yeux elle peut prendre tant de formes et d’apparence qu’il est impossible de savoir laquelle est la vraie, et lesquelles ne sont que des artifices qui enrobent le nom d’une créature fantasque. Il est d’abord bon de distinguer deux formes générales de forces, celle issue de la puissance dite physique, celle issue tout simplement de notre esprit, notre force morale ou mentale. La forme mentale en elle-même peut déjà être décrites sous plusieurs apparences, il y a la force de caractère qui nous permet de nous fixer un but ou une ligne de vie à laquelle jamais nous ne ferons la moindre entorse, une force qui nous permet de continuer d’avancer dans la plus terrible des épreuves et de toujours relever la tête afin d’admirer ce ciel qui nous surplombe et nous permet de nous imaginer un avenir meilleur. Il existe aussi la force d’esprit qui est celle qui nous permet tout bonnement de supporter les aléas de ce monde sans pour autant sombrer dans une spirale de décadence et de folie qui ne serait que le prélude de notre propre fin. Tout ceci est tout simplement la volonté, ou comme ceux de Konoha aime la décrire, la volonté du feu. Mais la force la plus véritable et la plus ancienne est celle qui est née du plan physique, de notre corps, de nos prouesses, de nos miracles et de notre puissance elle-même. A mes yeux si la puissance de la volonté représentait quelque chose d’incroyable et d’une importance capitale afin de pouvoir continuer à avancer, et dans mon cas réussir à survivre dans ce monde redoutable sans me préoccuper de ce passé qui a jamais m’a été enlevé, la force du corps était pourtant la plus représentative de tout, et en particulier d’ailleurs de ma propre personne. On pouvait la détailler sous plusieurs formes, la force au nom de puissance, la capacité à combattre et se sortir victorieux des combats les plus acharnés, et la force corporelle qui elle seule représentait la force dans tout ce qu’elle avait de plus réel. Homme j’étais, mais homme supérieur et bien plus grand dans tout les sens du terme à la majorité des autres humains qui de leurs pieds parfois pleins de pêchés, foulaient le sol de cette terre. La force m’avait bénie depuis ce qui semblait être ma naissance, chose que j’avais toutefois oubliée comme quasiment tout ce qui se rapportait à mon propre passé, mais tant que cette divine bénédiction qui me permettait de me hisser en être supérieur vis-à-vis de ceux de mon espèce m’accompagnait, je n’avais nullement besoin de me plaindre de choses qui pour toujours appartenaient à un néant qui jamais ne daignerait se révéler de nouveau.

Ceux qui de par nature sont ainsi bénie par cette incroyable force ont mes yeux une tâche qui leur incombe, celle d’aider les autres à évoluer afin qu’il puissent à leur tour grandir et devenir des incarnations de puissance, que ce soit dans la mentalité, l’esprit, la connaissance et la sagesse, ou tout simplement dans la force brute, la puissance et l’art du combat. C’est une vision de vie que j’aime à imaginer, nous autres les forts, des arbres majestueux qui du sommet de leur cime d’or doivent laisser les jeunes pousses grandir sous l’ombre de leur feuillage reposant et protecteur, attendre ainsi que ces pousses à leur tour deviennent de grands arbres qui pourront rivaliser avec eux. Mais des arbres qui eux-mêmes doivent se grandir pour devenir des montagnes et ainsi toujours devenir plus grand et fort encore, et ceux afin d’atteindre la plénitude même et se hérisser en être sublimé de tout les éléments de ce monde. Je n’aime guère mes congénères de façon globale pour la façon dont ils ont de juger et de condamner tout ce qu’ils trouvent devant eux pour assouvir les ténèbres de leurs désirs, mais pourtant ils sont la flamme de l’espoir face à un ennemi bien plus dangereux que mes propres préjugés en l’humanité dans sa globalité. De ce fait, dans cette situation je me trouvais à la place du puissant qui de ses yeux d’ambres fixait de plus profond de leur âme ceux qui étaient venus chercher sa force afin d’en apprendre de ma personne, et de survivre aux ténèbres d’une guerre qui jamais n’aurait dut être, et ainsi pouvoir espérer voir l’aube se lever et déchirer le voile noir de la mort.

Toutefois je n’aimais pas l’avouer, mais le simple fait de devoir entraîner des ninjas pour la toute première de ma vie, ou peut-être l’avais-je fais dans le passé, mais je ne pouvais hélas m’en rappeler, ainsi était-ce une nouvelle première fois probablement, le simple fait de devoir faire une telle chose me mettait moi l’autocrate des flammes, le démon du feu qui de toute sa puissance écrase ses ennemis dans un déluge de flammes terrifiantes, moi, j’étais mal à l’aise, voir je rechignais même à utiliser ce mot, tout simplement apeuré à cette simple idée… Mais tel le géant qui de son courage et de son éternelle détermination avait décidé de toujours aller de l’avant, j’avais dès lors décider de tester la force de ces jeunes pousses afin de juger de leur niveau de compétence et de que leur apprendre, car en tant qu’arbre, je ressentais finalement au fond de moi le devoir qu’était le mien, planter les graines de l’avenir et étendre mes propres feuilles sur eux pour perpétuer la mémoire et la force qui coule dans mes veines, dans la sève de mon corps, et transmettre ceci aux générations futures, peu importe l’origine de cette génération, c’est seulement ainsi que nous autres ninjas pouvions dès lors espérer nous sortir d’une guerre qui allait s’avérer bien plus destructrice que toute celle que l’humanité avait depuis sa création connue. Après les avoir invités à me livrer une prestation de leurs capacités dans un petit combat contre ma propre personne, dans un duel en 4 contre 1, je me retournais et fis une vingtaine de mètres, ignorant la demande de la petite Kiina sur ce combat, si j’étais réellement sur de vouloir cela. Je pus percevoir une pointe de tristesse dans sa voix, comme celle des pacifistes qui tendent à vouloir tout régler sans combat… Je n’avais nul préjuger sur ce genre de mode de pensée, j’espérais même que les conflits puissent simplement être réglés par la simple parole de notre conscience et de nos vœux les plus sincères pour l’avenir, mais il est hélas des causes qui se doivent d’être alors défendus dans le combat, car nulle parole ne peut résonner alors le cœur de l’homme. En pensant à cela, je me rendis compte que je ne lui avais ainsi même pas répondu, mais au fond cela n’était guère grave, car ce qui à présent comptait était le fait que je me retrouvais seul contre 4, et qu’ils n’allaient pas tarder à venir à ma rencontre, et non pas de façon cette fois-ci amicale, car telle était mon souhait.

Après les avoir défiés avec mon arme, j’enfonçais la lame de celle-ci dans le sol, et fermais mes yeux, afin de tenter de contenir les pulsions de joie qui commençait à monter en moi alors que ceci n’était pas véritablement un combat. Oui, j’étais un de ces hommes qui adoraient tellement l’art du combat qu’ils en venaient à comparer cela à un art de vivre dans toute sa splendeur, et ainsi je ne savais pour quelle raison, lorsque j’étais au cœur d’une vraie bataille, il m’arrivait de perdre pied avec toute forme de réalité et de me laisser emporter dans le flot singulier et destructeur, mais si vivant et puissant qui envahissait mon corps et mon esprit au nom du combat. La première des 4 ninjas de Suna qui s’était montrée à moi, Kiina s’avança de quelques pas tandis que je rouvrais mes yeux pour les poser sur eux, puis je la vis composer une série de signe qui s’avérait être le signe du feu… Une expression amusante traversa alors mon esprit, elle allait essayer de combattre le feu par le feu, ce qui dans ce cas-ci serait complètement ridicule. Puis, une épaisse nappe de ce qui semblait être un brouillard se dressa, englobant toute la zone de combat, et ma propre personne… La fille était pas bête, cette technique là malgré son faible rang était d’une dangerosité extrême, car si bien employée, elle pouvait devenir fatale pour la plupart des adversaires, car elle pouvait rendre les katon plus puissant encore, et surtout créer donc une espèce de brouillard qui pouvait aisément obstruer la vue de quiconque s’y égarait. Ayant moi-même appris cette technique autrefois, j’étais habitué à combattre au sein même de cette nappe grisonnante et suffocante qui rimait avec fumé délicat et puissant pour moi, une odeur si familière qui ouvrait de plus en plus la porte de mon excitation refoulée. De ce fait, je savais donc comment combattre dans cette technique, et savait comment aisément repérer mon adversaire, qui trahissait alors chacun de ses mouvements au bruit de ses pas. De prime abord il est bien difficile de se battre avec seulement ce genre de repères, mais à force d’habitude, il est bien aisé d’y arriver. Epée plantée dans le sol, je contemplais le vide qui s’étendais à présent devant moi, tout mes sens aux aguets, écoutant attentivement tout ce qui passait aux alentours, les légers bruits de pas qui se faisaient parfois légers, parfois insistants dans l’herbe morte, comme pour tenter de créer une certaine confusion au cas où je saurais déchiffrer ses mouvements dans cette nappe putride. La petite avait de l’idée, mais elle aurait dut se douter aussi qu’à trop tourner en tout sens, sa technique pourrait très bien se retourner contre elle, handicapant ses alliés qui eux ne sont pas forcement habitués, et laissant trop d’ouverture à un ennemi qu’elle sait pourtant capable d’utiliser le katon, si cela n’avait pas était un simple entraînement, mais un vrai combat, elle serait déjà morte car je me serai servi de sa propre technique contre elle. Finalement, après ce qui semblait être quelques minutes, elle daigna enfin passer à l’action… Ce n’était pas trop tôt. Un bruit mat m’indiquait alors qu’elle devait avoir sauté sur un des troncs que j’avais disposé pour mon propre entraînement, soit pour prendre du recul, soit sauter en l’air, donc son prochain assaut serait soit frontal soit aérien… Peu m’importait vraiment, vu les spécialités de la jeune femme, il était fort aisé d’imaginer ce qu’elle allait tenter… Aussi je ne pris même pas la peine de me préparer à me défendre, me recouvrant seulement de ma cape lorsqu’un karyuudan retentit. En même temps un autre son vint à mes oreilles, trahissant le silence instauré par ce monde gazeux, la direction était plus difficile à deviner, mais à tout hasard, je devinais que le bruit était frontal, aussi je positionnais mon épée face à moi, tel un bouclier, m’accroupissant derrière, et au même moment, tout sembla s’écrouler dans un fracas assourdissant. La technique katon venait d’être lancée, et toute la nappe grise fut vaporisée afin de renforcer la puissance de sa technique. Il n’était pas nécessaire d’éviter, jamais l’autocrate des flammes ne se déroberait face au feu lui-même, son élément tant aimé et destiné. Ainsi, je laissais mon corps tout entier entrer au contact des flammes… En temps normal ce genre de technique était totalement inoffensif pour ma personne, mais renforcée comme elle l’était, cette technique m’imposa la chaleur de ses flammes. Si certains auraient ressentie la de la douleur, je ressentais pour ma part la douceur des flammes dont la morsure redoutable n’était qu’une douce caresse pour moi. Ainsi de très légères brûlures frappèrent ma peau. Un homme ordinaire aurait pu subir des dégâts énormes, mais j’étais un homme dont le propre corps, le propre chakra lui assurait une défense inimaginable face à l’élémentaire du feu lui-même. En même temps un clang sonore m’indiquait que des projectiles de faible taille, et d’autres de tailles plus imposantes venaient tout simplement de s’écraser contre la lame de mon épée derrière laquelle je m’étais accroupi.

Je me redressais alors, ne faisant guère attention aux légères brûlures qui avaient atteint certaines parties de mon corps, et entendit alors un bruit de pas se ruer en ma direction, finalement l’un d’eux avait enfin décidé de se jeter dans la gueule du loup. Me retournant vers la source du bruit, je bramais un puissant « TROP LENT ! » et tendis l’imposante lame de mon épée face à moi, pointe tendue vers le bas, et sentit le choc de plusieurs coups de poings s’écraser contre l’arme que je finis par redresser au moment où l’ennemi se projeta sur moi avec l’aide d’un coup d’épaule. Je sentis mon pied se soulever sous le choc, mais celui qui parviendrait à me faire reculer avec une technique aussi faible n’était pas né, aussi je repris prise et fit épaule contre épaule avec mon adversaire avant de finir par sauter en arrière afin de le déstabiliser. Je pris alors la parole :

-Il y a du bon, il y a du mauvais. Kiina, la tactique d’un brouillard de gaz est bonne, toutefois veille à ne jamais le garder actif trop longtemps, j’aurais très bien pu le retourner contre toi et te tuer si l’envie m’en venait. De plus en stratégie d’équipe la technique peut être handicapante pour tes propres alliés. Pour Genshi, essais de toujours prendre en compte le gabarit de ton adversaire afin de tenter une attaque de ce genre de front. Cela pourrait te réserver de bonnes surprises selon la façon de le faire, mais aussi de mauvaise si ton ennemi sent l’attaque venir. De plus faite seule cette technique ne vaut rien, tu te dois de déstabiliser l’ennemi puis de l’attaquer directement après encore une fois sans lui laisser le moindre répit. Pour Kato, je présume que c’est toi qui a jeté des pierres, ce n’est pas tactique très avantageuse, mais l’idée de se servir de la concentration détournée de l’ennemi n’est pas mauvaise, même avis pour Kimary… et surtout tes clones… Je hais ce genre de techniques. N’oubliez pas, vous êtes ninjas, réfléchissez à la bonne méthode avant d’attaquer, même si parfois le temps nous en manque, il faut réfléchir et vite, et surtout, ne pas mourir, car cela marque votre fin, nul se souvient de celui qui meurt bêtement peu importe sa cause, le but n’est pas de mourir au combat en perdant, ni même forcement en gagnant, mais de vaincre et de survivre, la vie est la chose la plus importante qui soit, pensez-y. Maintenant, c’est à mon tour d’attaquer, montrez moi comment vous vous défendez !

Je me mis dès lors à composer une rapide série de mudra. La technique que j’allais employer était puissante, mais pour ne pas dénigrer ces jeunes élèves, et les pousser dans leurs retranchements, les amener à vraiment devoir se défendre bec et ongles contre un puissant assaut, je me devais de ne point me retenir sur cette assaut. Lorsque j’eusse fini de composer la série de signe de ma technique, j’hurlais un puissant « Honoo no Tatsumaki ! ». L’air ambiant devint alors lourd, la température montant en flèche, puis des flammèches se mirent à tournoyer dans le ciel, des flammes qui s’épaississaient à vue d’œil pour se rejoindre en une véritable tornade de feu qui m’enveloppa alors entièrement. Tandis qu’elle commençait à se diviser en 4 pour partir en tout sens frapper l’ennemi, je composais une nouvelle et brève série de mudra, avant de murmure le nom de ma prochaine technique « Kaze Ryu », créant ainsi un puissant dragon de vent qui au contact des flammes prit complètement feu, renforçant sa propre puissance d’impact. Ce dragon de vent était de par sa base parcourue de lames de vents particulièrement tranchante, et couplée à la puissance du feu, cette technique en devenait bien plus redoutable. La tornade de feu se scinda alors en 4, et je me cachais dès lors dans l’une d’elle avec mon épée collée à moi, contrôlant la tornade dans laquelle j’étais pour me rendre face à Kato et Kimary. A travers les flammes je pus voir que l’une des colonnes de feu tournoyait autour de Kiina et Genshi, une autre particulièrement rapide avait déjà atteint le groupe de Kato et Kimary, la dernière faisant d’incessant va et viens entre les deux groupes, semblant ainsi ne servir qu’à bien peu de chose. Le dragon de vent enflammé avait été quant à lui jeté sur Kiina et Genshi. Lorsque je fus face à mes adversaires dans ma propre tornade, je fis tournoyer la colonne de feu dans laquelle j’étais sur le jeune Kato pendant quelques secondes, puis je jetais mon épée sur lui avant de surgir de ma tornade et de me précipiter vers un nouvel endroit où j’attendais le résultat de leur tentative de défense. Une fois cela fait, je passerais au véritable entraînement, leur apprendre ce que je savais…







HRP :

techniques utilisées :










PS : Genshi, j'ai dis que tu attaquais après la technique katon de Kiina, sinon tu aurais aussi été prit dans l'explosion, et te serais fais gravement blesser par ta propre alliée ce qui n'est pas le but quand même ^^

Bien après cela nous débutons l'apprentissage.
Kimary et Kiina savent déjà ce qu'elles apprendront, j'enverrai en mp dans la journée ce que j'apprendre à toi Kato, et à toi Genshi x) A part si vous voulez créer votre propre technique x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kiina et je suis un ninja.


avatar

Chunnin de Suna



Messages : 393
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 24
Localisation : se ballade dans les ruelles de Suna.



Fiche du Shinobi
Ryos: 150


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Mer 18 Mai - 21:09

J’avais décidé de lancer mon « Karyuudan » dès que j’avais senti qu’un de mes adversaires concentrait son chakra sur une partie de son corps, ce que fit Kimary pour disperser un tant soit peu le nuage de fumée que j’avais provoqué. J’attendais cet instant précis pour attaquer car Rubicant, aussi fort soit-il, ne pourrait jamais parer deux attaques en simultané. Mais malheureusement pour moi, elle ne réussit pas à atteindre notre cible contrairement à moi. Non, elle avait juste réussi à faire disperser la poussière qui pouvait nous cacher la vue, sans doute n’avions-nous pas les mêmes objectifs. En somme, elle avait compris que nous devions faire équipe, moi j’avais compris autre chose. Le fait était que nous aurions droit à un entrainement spécial uniquement s’il pensait que nous étions capables de rivaliser avec lui. De mon point de vus nous devions chacun notre tour faire une démonstration de nos techniques les plus puissantes. Le nuage avait été une perche tendue à mes compatriotes pour que Rubicant ne puisse trouver d’où viennent les attaques, car un homme de sa qualité était très certainement habitué à ce genre d’attaques de front de la part de simples Gennins ou Chûnins. L’anticipation se devait d’être une des qualités requises pour être digne de devenir épéiste selon moi, il nous fallait donc se méfier de cet adversaire surpuissant qui nous faisait face et ne pas agir à l’arrache. Je nous voyais mal prendre le temps de discuter pour se dire quelles attaques faire ou quel plan mettre en place selon nos différentes capacités, il aurait tout paré rien que parce qu’il nous aurait entendu. De plus attaquer chacun son tour un adversaire aussi fort aurait pu être risqué. J’avais joué sur la chance et sur la tactique de base, soit prendre par surprise son adversaire pour le toucher. Je ne devais pas compter sur les autres, après tout je savais déjà très bien ce qu’ils pensaient de moi, alors les décevoir un peu plus n’allait pas me faire de mal…

Après avoir repris quelques secondes mon souffle je du sauter plusieurs fois pour éviter des projectiles qui étaient balancés en rafales sur moi et mon adversaire qui était à l’époque très proche de moi. Je dus sortir du brouillard que j’avais provoqué pour éviter les petites pierres que balançait Kato à ce que je pu remarquer. Je me demandais bien à quoi ça allait lui servir de lancer des caillasses sur Rubicant. Peut-être avait-il élaboré un plan avec les deux autres ? C’était tout à fait possible en effet, mais j’en doutais un peu. A vous dire vrai j’avais surtout l’impression qu’il ne savait pas ce qu’il faisait et agissait au feeling. C’était certes une attaque inutile à elle seule, mais combinée à l’attaque d’un de nos camarades, cela aurait pu faire des dégâts car Rubicant se devait de tenir sa garde sur les cailloux pour ne pas se faire toucher. Mais ce qui me fit frissonner ce fut le nombre de clones que Kimary c’était créé, sans compter que lorsque les cailloux de Kato en touchait un, deux autres apparaissaient à sa place. C’était impressionnant et je me mis à soupçonner qu’ils préparent une attaque surpuissante grâce à ces multiples clones, ce qui pourrait être des plus utile, et surtout très efficace. J’étais épatée et me surprit à les remonter tous deux dans mon estime.

Mais ce qui attira mon attention fut l’attaque de ce Genshi, bon dernier à nous avoir rejoints sur le terrain d’entrainement. Il avait effectué un Mizuame Nabara qui c’était répandu tout autour du petit nuage de fumée qui persistait, dans lequel Rubicant était forcé de se trouver. C’était astucieux de piéger Rubicant à l’intérieur du brouillard, mais pourquoi sautait-il dans la gueule du loup alors ? Un frisson me parcouru le dos lorsque j’entendis le premier impact, ainsi que les suivants. J’ignorais ce qu’il se passait à l’intérieur mais je savais qu’il avait dû faire une attaque frontale, sans doute basé sur du Taijutsu. Mais j’étais inquiète pour lui était me demandait s’il n’était pas en réalité aveugle comme un des garçons que j’avais croisé tout à l’heure. N’avait-il pas remarqué la carrure de mastodonte du Kirijin qu’il se risquait à attaquer de front ? Décidemment les Gennins de Suna sont fous quand il n’y a pas le soleil pour nous chauffer la cervelle.

Enfin Rubicant sortit de sa cachette après l’assaut de Genshi, ce faisant que je m’inquiétais encore plus pour celui-ci, sans doute l’avait-il broyé dans ses muscles surdimensionnés… Je ne me souciais toutefois plus de son sort en entendant mon nom dans les paroles du maitre du feu. Ma technique était bonne mais il fallait que je veille à ne pas la garder active trop longtemps, ça je le savais très bien. Après tout il suffisait d’une bonne bourrasque de vent pour la disperser, et je pouvais d’ailleurs voir apparaitre vaguement le corps de Genshi dans la légère brume qui persistait devant moi. Sinon ma technique n’était certes pas avantageuse lorsque nous devions combattre à plusieurs, mais d’ordinaire je me battais seule, il était donc normal pour moi de subir ce genre de reproches sans broncher. J’avais un peu l’impression que mes attaques été inutiles bien que je remarquais de fines blessures sur sa peau brunie par les flammes, signe que je l’avais toutefois bien touché même s’il ne semblait pas souffrir de ces entailles. Il commenta aussi les techniques des autres, passant plus de temps sur leur cas, ce qui me vexa un peu je devais bien l’avouer malgré le fait que je tentais de n’en rien montrer. De plus si j’avais bien compris il nous traitait d’inconscients. Mais il serait peut-être temps qu’il réalise qu’il s’adressait à une Chûnin et à trois Gennins. Il fallait revenir sur terre, nous avions certes encore du travail à faire, mais ce ne serait de toute manière pas nous qui serions envoyés en première ligne sur le front, nous n’en sommes pas encore capables. Je n’aimais pas trop son attitude qui visait à nous rabaisser de toute manière mais retint les flammes qui brulaient en moi en me pinçant fermement la lèvre.

Lorsqu’il nous annonça qu’il allait attaquer je me mis immédiatement sur mes gardes. Qu’est-ce qu’un monstre comme lui allait bien pouvoir nous sortir comme technique ? Je sursautais comme une gamine alors qu’il nous hurlait le nom de sa technique après avoir effectué les Mudras. La température augmenta rapidement mais cela ne me fit rien, tout comme à mes camarades à ce que je devais supposer : le colosse avait-il oublié que nous vivions en plein milieu du désert ? J’eus un sourire à cette pensée, persuadée qu’il ne s’agissait que d’un changement de climat. Mais lorsque je remarquais qu’une tornade de feu se formait pour englober entièrement le monstre, je commençais à avoir peur. Avec une telle attaque, il allait tous nous mettre au tapis en deux temps trois mouvements, mais il avait envie de nous tuer ou quoi ? La tornade commença à se séparer en quatre petites tornades. Mais bien qu’elles soient plus petites que la première, elles n’en étaient pas moins impuissantes. Mais j’eus un nouveau frisson en voyant apparaitre un dragon de vent qui s’enflamma au contact des flammes que Rubicant avait provoqué. Ce dragon se dirigea vers moi et Genshi avec une tornade qui nous tournait autour, un peu comme si elle essayait de nous faire comprendre que nous étions prisonniers. Je ne me souciais plus de Rubicant que j’avais vu disparaitre dans une tornade pour se diriger vers l’autre groupe. J’espérais qu’ils s’en sortiraient, car pour l’instant moi et mon camarade étions en très mauvaise posture. Pour deux raisons claires : la première étant que je n’avais aucune technique de défense et la seconde que le dragon de feu se jetait sur mon allié dans cette nouvelle bataille.

Serrant fermement les poings, je me dirigeais dans la direction inverse à celle où se trouvait Genshi. Fuyais-je ? Allais-je l’abandonner ? Pas le moins du monde, ce n’était pas digne d’un ninja. Non, je fonçais sur un des troncs qu’Honoo avait laissé de son entrainement en solitaire du début. J’effectuais un "Keru" dessus de toutes mes forces. La puissance de mon pied sur l’arbre le fit basculer du côté où je partais, tandis que je m’en servi pour me propulser de toutes mes forces vers Genshi. Je l’interceptais au passage, juste à temps. Le dragon passait en effet à quelques centimètres de moi vu la chaleur que j’avais pu ressentir. Je m’écrasais quelques mètres plus loin sur le sol avec mon camarade. L’atterissage n’avait pas été des plus doux mais au moins, nous étions encore tous les deux en vie. Je m’étais étalée surtout sur Genshi et j’espérais ne pas l’avoir trop amoché. Personnellement, j’avais le coude bien entaillé. Encore heureux que je n’étais pas hémophile ! Je m’accroupis donc durement aux côtés de Genshi, me frottant machinalement la tête.


« Ouch ! Nan mais il veut nous tuer celui-là où quoi ?! »



J’enrageais des risques qu’il nous avait fait prendre : nous n’étions que des ninjas novices alors que lui avait des années d’expériences. Je lui en voulais, car nous avions failli y passer. En regardant en vitesse mon camarade, je ne remarquais aucune blessure particulière et soupirais que nous soyons encore en vie. Mais je voyais déjà au loin que le démon de feu faisait demi-tour pour nous attaquer à nouveau. Je criais à Genshi quelque chose du genre : « J’espère que tu as de quoi nous défendre parce que de mon côté c’est un peu mort. ». Mieux valait qu’il soit au courant. De plus j’avais de bonnes chances qu’il maitrise des techniques de Suiton, ce qui aurait totalement annihiler les pouvoirs de feu de Honoo. Je sursautais toutefois en entendant un bruit sourd au loin : l’énorme tronc de bois qu’Honoo avait disposé avant l’entrainement venait de s’écraser au sol, réduisant à néant une des petites tornades du maitre du feu. Je n’avais pas vraiment prévu cela mais c’était néanmoins une bonne chose, on aurait ça de moins à se soucier. Ainsi le tronc prenait feu par endroit à cause des flammèches récalcitrantes de la tornade, tandis que le dragon de feu se dirigeait vers nous à toute vitesse. Je me relevais rapidement malgré une vive douleur au coude qui avait été touché dans l’assaut. Je me plaçais devant Genshi, histoire de le protéger comme je le pouvais de mon corps. J’effectuais alors à mon tour les mudras pour effectuer mon « Ryuuka no Jutsu ». Le jet de feu que je fis sortir de ma bouche était impressionnant, je ne m’étais jamais connu une telle puissance. Sans doute la peur de mourir décuplait mes pouvoirs, ce ne serait pas plus mal d’ailleurs. Le lance-flamme avait eu pour effet de ralentir considérablement son avancée, jusqu’à même l’immobiliser à quelques mètres de nous. Maintenant, il ne me restait plus qu’à prier pour que Genshi nous sauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Kimary et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 21
Date d'inscription : 20/04/2011



Fiche du Shinobi
Ryos: 190


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Jeu 19 Mai - 14:01

On ne peut pas dire qu’à nous quatre nous formions réellement une bonne équipe, chacun à agit dans son coin, cela n’a rien de très rassurant. On a un sacré morceau face à nous pourtant, mais peu importe, les stratégies auraient été trop lente à mettre en place et Kiina l’avait rapidement compris mais son brouillard nous handicapais, et elle en eu très certainement la preuve puisque mon Fukyuu avait été tout bonnement inutile. Un flop total. L’épéiste devait bien ce marré dans le brouillard, mais que faire ? Kiina comme le kirijins est capable de se repérer dans ce brouillard, ils sont des adeptes du katon mais pour nous autres, la tache s’annonce beaucoup plus ardu. Nous ne maitrisons pas le katon et pire encore, aucun de nous n’a l’air d’être un ninja sensoriel, comme réussir à se sortir de ce mauvais pas ? Ce brouillard est à la fois un avantage et un inconvénient, il nous couvre, mais nous masque, il faut que je réfléchisse à autre chose. Du moins c’est ce que j’aurais aimé faire.

Kato pris la relève, qu’elle drôle d’idée ? A quoi pouvais lui servir de jeter des pierres ? Et s’il venait à toucher Kiina, en faisant cela il prenait le risque de la toucher et surement de la blesser. En ce qui concerne Rubicant, cela pouvais peut-être détourner son attention, mais pas beaucoup plus. Disons qu’il vient de faire un coup pour rien. Après peut-être à t-il une autre idée, quelque chose qui puisse expliquer son action du moment mais j’en doute fortement, comment pouvions avoir un soupçon de chance avec des idées aussi dramatique ?

Mais le pire restait à venir. Si l’on regarde attentivement, Rubicant est le genre de personnage que l’on attaque à distance. Sa carrure imposante nous permet de déduire rapidement que tout Taijutsu reste inutile. Et c’est Genshi qui aura le titre de l’offensive la plus ridicule ! Par chance son Suiton lui donnais des point car dans l’idée c’étais quelque chose de très bon, réussir à le coller au sol mais cela allait il réellement marcher ? Le pire fut la suite, le moment ou il se jetait dans le nuage de fumée et entamais un combat au corps à corps avec le mastodonte. Que lui passait-il donc par la tête ? Il a bu quel genre d’alcool surpuissant hallucinogène pour oser faire ce genre de chose ? Il n’y avait aucun espoir de chance, c’est la survie qu’il fallait espérer. Tout ce qu’il nous restait à espérer c’est que Rubicant n’y sois pas allé trop fort et qu’il est laisse une chance de repli à Genshi.

Apparemment, son but n’était pas vraiment de nous affronter ? Il n’a riposté à aucune de nos attaques, qu’était-il en train de préparer ? Et surtout que testait-il vraiment ? Nos capacités ? Je n’en suis plus si sure à présent, je me demande surtout si il ne veut pas plutôt voir notre puissance de frappe et si cela est le cas, j’ai perdu d’avance, mes technique à bases défensives ne ferais très certainement pas le poids face à la plus petite de ses attaques, que faire ? Mais pas le temps pour la réflexion, il prit rapidement la parole.

*Il n’aime pas mes clones ? Pourtant moi je les trouve parfait pour une diversion, ils peuvent être super utiles ! Je ne changerai pas mon point de vu sur eux ! Pour le reste de ce qu’il dit c’est à peu prêt mon avis en tout point, au moins, je réfléchi autant qu’un épéiste, c’est un bon point pour moi ça non ? Par contre, qu’entend t-il par attaquer ? Que va-t-il nous sortir comme tour de passe-passe, personnellement je ne sens pas trop la chose, on est mal, mais cela reste mon avis, nous verrons ! Tiens toi prête Kimy !*

L’avantage c’est que tout le monde devait s’attendre au pire, Kiina et moi nous sommes rapidement mises en position combat, prête à recevoir une quelconque attaque qui, avait un peu de chance, se verras contrer par l’une de nos techniques. Malheureusement le plus point négatif est que l’on était clairement séparée, d’un côté Kiina et Genshi et de l’autre Kotaro et moi. Déjà à quatre on n’a fais que l’effleurer et ce grâce à Kiina alors à deux, comment allons nous nous en sortir ? Rubicant fini par commencer son offensive. Première chose, l’air nous entourant se réchauffait à vu d’œil. Pour n’importe qui l’air serait devenu étouffant, mais nous qui vivons cent pour cent de notre temps au soleil, cela ne nous aurais en rien déranger, parole de Sunajins. La deuxième étape fut la création d’une énorme tornade qui m’avait l’air d’une puissance impressionnante, aucune de mes attaques ne pourras rivaliser face à cela ! Mais le pire ne fut pas la séparation en quatre de la tornade, ou l’embrasement des tornades, mais le dragon de vent enflammé qui se dirigeaient droit sur Kiina et Genshi. Qu’essai de faire Rubicant ? Nous tuer ? J’aurais voulu allez les aider, mais il me faut d’abord me mettre moi-même à l’abri. L’une des tornades arrivait rapidement sur notre groupe, je pris mes jambes à mon coup et attrapais Kotaro par le bras dans l’espoir de gagner un peu de temps jusqu’à ce l’on croise la dite épée de Rubicant se diriger sur mon partenaire, pas le temps d’attendre, une petite série de mudras et s’en suis un « Fuusajin ». Une technique que j’ai appris à apprécier pour sa défense plus qu’utiles, mais dans le cas présent, il fut tout autre. La demi-sphère qui se forme à pu arrêter la course de l’épée, mais pour les tornades rien à faire, elles passèrent au travers sans trop de difficultés. Pour moi cela s’annonçait mal, comment battre le vent quand on utilise le vent ? Quelque soit la technique que j’emploi je ne pourrais rien faire ! Et Kotaro, tout à l’heure il a dis Taijutsu mais cela est inutile et le Doton je crois ! Mon Fûton peut donner un avantage au Katon de Kiina ou au Suiton de Genshi mais avec le Doton, il ne sert à rien. Que faire ?

« Kotaro, j’espère que tu as de bonne technique défensive car les miennes sont ici inutiles. Tout ce que je vais pouvoir faire c’est d’alimenter les tornades qui sont déjà bien assès puissante comme cela, en simple, je ne te sers malheureusement à rien pour ce coup excepté peut-être te faire reculer rapidement. Aucune tentative désespérée, Taijutsu et compagnie ça ne sert à rien, si tu es touché autant dire que tu finiras à l’hopital. J’en ai espérer des choses mais jamais je ne me serais attendu à cela ! »

Le problème dans cette situation, on a beau vouloir reculer, aucune des deux tornades ne ralenti, peut-être qu’en les faisant se rencontrer cela nous aiderai mais c’est risquer. Soit, elles se rencontrent et s’annule sois elle forme une tornade et deviens encore plus puissante. Et le pire est pour celui qui osera tenter de le faire, passer entre les deux emmènerai aussitôt à la morgue, cela n’est pas une bonne solution. Le doton n’annule pas le Fûton alors que le katon s’amplifie au contact de l’air, que faire ? Rejoindre Kiina et Genshi ? Beaucoup trop risquer, la moindre erreur et on est perdu ou il nous faudrait le timing parfait, la méthode de substitution dès que l’on est touché, en technique facile, mais en pratique ? Kotaro accepterai surement pas une idée aussi ridicule et pourtant elle nous aiderait très certainement, c’est bien la première fois que je me retrouve incapable de réfléchir, le danger de mort qui plane au dessus de ma tête peut-être ? Cela voudrait donc dire qu’en réalité, je ne suis pas si utile que je le devrais pour mes partenaires ? Que faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-no-seken.forumactif.org/


Je m'appelle Genshi Kurusawa et je suis un ninja.


avatar

Gennin de Suna



Messages : 198
Date d'inscription : 29/04/2011
Localisation : Kumo ~ Forêt



Fiche du Shinobi
Ryos: 120


MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   Ven 27 Mai - 17:06

À Venir.

(Kato, si tu passes envoi moi un MP, que je supprime mon message.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Je m'appelle Contenu sponsorisé et je suis un ninja.












MessageSujet: Re: Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entraînement solitaire ou pas... [PV Sunajin qui ont acceptés un entraînement x)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Entraînement d'orientation
» [Entraînement] Lame
» Entraînement sous haute température [ Sento - Tenzen ]
» La roche n'est pas si solide! Chapitre d'entraînement numéro 4
» Entraînement d'escrime
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kigen No Setsuwa  :: « LE MONDE DES SHINOBIS » :: Kumogakure no Sato :: Terrain d'entrainement-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit